Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Revenu universel : Valls ouvre le débat...

... qui n'a jamais été fermé

Par le - 19h07 - suivi

Le revenu universel : le sujet revient régulièrement à la faveur de l’actualité. Et qui crée l’actualité en l’occurrence ? Le premier ministre en personne. Hier, sur son compte Facebook, Manuel Valls a annoncé l’ouverture d’un chantier sur le sujet. Interrogé ce matin sur France Info, il est revenu… sur ce revenu dont il souhaite faire le grand débat de la dernière année du quinquennat. Pour autant, le débat n'a jamais été clos.

Et voilà le grand retour du revenu universel. Comme le signale Le Huffington Post, le premier ministre a annoncé hier sur son compte Facebook l’ouverture du chantier sur le sujet. Mais attention, précise Manuel Valls, il ne s’agira pas "d’une allocation versée à tous, y compris à ceux qui disposent de revenus suffisants – cela serait coûteux, et n’aurait aucun sens – mais une allocation ciblée, versée à tous ceux qui en ont vraiment besoin. Depuis des années, ce sujet est évoqué, sans que jamais le travail ne soit mené à son terme. Il nous appartient aujourd’hui d’en poser les jalons, d’en identifier les conditions et les contraintes." Mais quand ? Interrogé ce matin par France Info, le premier ministre assure que "c’est un chantier qui enjambe le quinquennat pour une application en 2018."

Est donc déclaré ouvert le grand débat sur le revenu universel qui devrait occuper, selon le premier ministre, la dernière année du quinquennat. Pour autant, ce débat n’a jamais été fermé. En effet, comme nous le racontions ici, le revenu universel – ou revenu de base – fait l’objet de nombreuses définitions. Pour simplifier, disons qu’il faut distinguer un revenu universel "de droite", qui vise notamment à réduire la dépense publique sur la protection sociale, et un revenu universel "de gauche" qui vise à se libérer du travail.

Parmi les tenants du premier : Frédéric Lefebvre (Les Républicains). Il souhaite de longue date la mise en place d’un revenu de 800 à 1000 euros pour tous. Encouragé par le test grandeur nature mené en Finlande dès l’an prochain (une première en Europe), le député des Français résidant en Amérique du Nord a déposé un amendement à la loi sur la République Numérique discutée à l’Assemblée en janvier dernier afin de proposer que le gouvernement commande un rapport sur la mise en place d’un revenu de base en France. Selon l’amendement de Lefebvre cité par le site du mouvement français du revenu de base, ce "revenu universel viendrait remplacer l’ensemble des aides sociales, le système actuel du revenu de solidarité active, de la prime pour l’emploi, des aides au logement et des exonérations de cotisations patronales". De droite, donc.

Parmi les tenants du revenu de base de gauche : Delphine Batho. L’ancienne ministre de l’écologie et députée socialiste a, au même moment que Lefebvre, déposé un amendement visant lui aussi la rédaction d’un rapport sur le revenu universel. Les deux amendements ont été rejetés. Argument avancé ? Selon le site Numerama, la ministre du numérique Axelle Lemaire a fait valoir que "la réflexion est engagée au sein du gouvernement, notamment par la ministre du travail ; des députés y travaillent également, en particulier Christophe Sirugue, qui s’est vu confier la mission de réfléchir à l’efficacité et à la lisibilité de certaines dispositions, notamment celles relatives aux minima sociaux". C’est dire si le débat était déjà ouvert.

Sauf que : comme le souligne là encore Numerama, si le rapport du député socialiste Sirugue rendu au premier ministre lundi dernier vise bien à réformer en profondeur les minima sociaux, il ne propose pas l’instauration d’un revenu de base. Son projet, résume Numerama, est de "créer «une couverture socle commune», accessible dès 18 ans, qui remplacerait intégralement les 10 aides identifiées. N’existeraient alors plus que deux revenus complémentaires, en plus du socle commun : un «complément d’insertion» pour les actifs, et un «complément de soutien» pour les personnes en situation de handicap et les personnes âgées". Mais pas un revenu de base donc qui, selon Sirugue, exigerait de remettre à plat l’ensemble de notre modèle de protection sociale. Il préfère donc botter en touche comme le regrette le site du Mouvement du revenu de base. Mais bon : puisque le premier ministre vient d’ouvrir un grand débat…

>> En attendant ce grand débat, vous pouvez regarder le nôtre diffusé en janvier 2014 avec Baptiste Mylondo, Bernard Friot et Michel Husson.


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Décroissance, gratuité, paresse : gros mots et utopies

Revenu universel Libération

Le revenu universel s'incruste dans le débat de la primaire à gauche

... et divise tout le monde

observatoire publié(e) le 12/01/2017 par Anne-Sophie Jacques

"C'est l'une des seules idées neuves de cette campagne présidentielle" selon Patrick Cohen qui recevait mercredi 11 janvier au micro de France Inter l’économiste Daniel Cohen venu défendre le revenu universel. C’est surtout le sujet sur lequel se déchirent les candidats socialistes à la ...

Luxleaks Mediapart

Oui, déconstruisons le 20 heures, avec Pujadas !

chronique publié(e) le 13/12/2016 chez les matinautes

Donc, le 20 Heures de Pujadas charrie une idéologie : l'idéologie de la croissance. C'est David Pujadas qui le reconnait lui-même, dans une interview au magazine Society. "Oui, le journal véhicule sans doute une vision du monde : l'idée implicite que le salut et le bonheur résident dans la ...

nouveau media

Jardin face à Le Maire : l'énervé et sa brique équitable

chronique publié(e) le 21/10/2016 chez les matinautes

Et voici maintenant, face à Bruno Le Maire, l'exaspérant Alexandre Jardin en invité surprise. Mais qu'est-ce qui leur prend, à la bande à Pujadas ? La semaine dernière, face à Juppé, ils avaient convoqué Kerviel. Et maintenant, l'écrivain gesticulatoire. La semaine prochaine qui ? Nabilla...

Tous les contenus de ce dossier >