Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Canada/gaz de schiste : le ménage du présentateur vedette

Par le - 17h33 - lu

Le présentateur vedette du journal du soir de la chaine publique canadienne fait un ménage pour l'industrie pétrolière. Un militant écologiste a demandé sur son compte Twitter si le célèbre journaliste Peter Mansbridge avait été payé. La réponse est oui, il a touché 28 000 dollars et un autre journaliste du groupe audiovisuel public CBC/Radio Canada a lui aussi été mis en cause pour être intervenu en faveur de l'exploitation des gaz de schiste.


Peter Mansbridge (65 ans), une vedette de la télévision publique canadienne payé par l'industrie pétrolière ?

Mansbridge travaille depuis plus de 40 ans pour CBC/Radio Canada dont il est une des grandes figures. Présentateur du journal national du soir depuis plus de 25 ans, titulaire de nombreux prix, décoré de Ordre du Canada, c'est le seul journaliste canadien à avoir interviewé le président Obama, et le Premier ministre britannique David Cameron signale sa biographie sur le site de CBC.

Peter Mansbridge

 

Tweet

"Peter Mansbridge a-t-il été payé pour parler lors de la Canadian Institute of Mining Metallurgy & Petroleum conférence ?" Tout commence lorsque, le 22 février, Sierra Rayne, un militant écologiste demande, sur Twitter, si le présentateur du journal national du soir de la télévision canadienne a touché de l'argent de l'industrie pétrolière.

 

La Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP) a confirmé que Manbridge, présentateur du journal national du soir, avait été payé, mais a refusé d'indiquer le montant. Le Toronto Sun a précisé qu'il avait touché 28 000 dollars.

Le porte parole de CBC, Chuck Thompson a aussi confirmé, ajoutant que Mansbridge avait reçu l'autorisation pour intervenir lors de cette conférence organisée par la Canadian Association of Petroleum Producers (CAPP).

CBC a même ajouté que Manbridge était encouragé à le faire, précisant qu'il était intervenu plus de 200 fois au cours des dix dernières années. Ajoutant qu'il était payé à certaines occasions, mais que, comme ces interventions étaient faites en dehors de ses heures de travail, il était logique qu'il reçoive des compensations

Il était difficille de nier cette apparition en décembre 2012 : la CAPP avait publié sur sa page Facebook une photo de Manbridge à sa tribune picto

Facebook

 

Toronto Star

Dans un point de vue publié ce samedi, le Toronto Star ne ménage pas Mansbridge, en écrivant qu'il devrait se taire, et lui conteste la qualité de journaliste dont il ne respecte pas l'éthique. Car il aurait du révéler combien il avait été payé de manière transparente.

De plus, le Toronto Star souligne que Mansbridge avait été très mou quand il a interrogé Rob Ford, le maire de Toronto (avec son frère en photo face à Mansbridge) privé de tout pouvoir à la suite de plusieurs scandales.

Sur son blog, Mansbridge se défend, revendiquant des activités dans sa vie privée, et ajoute qu'il n'a pas pris position pour ou contre les gaz de schiste. Mais The Province ironise sur cette défense, et note au passage que Mansbridge dans son plaidoyer a inclus un copier-coller du texte du responsable des relations publiques de CBC, en le mettant à la première personne.

La polémique provoquée par ce ménage grassement rétribué par le principal looby pétrolier canadien a été évoquée trois fois sur CBC Radio, mais pas une seule fois sur CBC TV soulignent plusieurs médias canadiens.

picto Toronto Star samedi 1er mars 2014

 

Cette polémique tombe d'autant plus mal, qu'un autre journaliste de CBC, Rex Murphy, commentateur conservateur, a été mis en cause le 10 févier pour ses rapports avec le monde pétrolier souligne le site iPolitics.

Murphy a pris fait et cause pour l'exploitation des gaz de schiste et, le 17 janvier dernier, violemment critiqué Neil Young pour s'y être opposé. Ses interventions dans le monde pétrolier sont payées entre 2 et 30 000 dollars. Mais CBC n'y voit rien à redire dans ce conflit d'intérêt car Murphy est free-lance, collaborateur régulier de CBC mais pas employé de la chaîne CBC Radio.

Murphy

Ménages, cadeaux aux journalistes, voyages de presse, etc : tout notre dossier sur la déontologie en miettes est ici


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Déontologie en miettes

RTBF CDJ

Les conseils déontologiques de presse, voulus par Mélenchon, "des tigres sans dents" ?

Belgique, Allemagne, Québec... le pouvoir très relatif des vigies du journalisme

observatoire publié(e) le 07/12/2017 par la rédaction

À quand un Conseil de déontologie du journalisme ? C’est la proposition portée par Jean-Luc Mélenchon qui a lancé cette semaine une pétition en ce sens. L’idée n’est pas neuve, elle compte d’ailleurs des précédents à l’étranger. De la Belgique au Québec en passant par ...

Nouveaux chiens de garde

Isabelle Giordano, des "ménages" au comité d'éthique de Radio France, (Acrimed)

lu publié(e) le 02/12/2017 par la rédaction

Habituée des "ménages", et déontologue. Le site Acrimed s'est penché le 29 novembre sur la nomination, en mars dernier, d'Isabelle Giordano, ancienne journaliste, notamment à France Inter, au comité d'éthique de Radio France. Une nomination qu'Acrimed commente avec ironie, puisque, rappelle ...

Delphine Meillet

Paradise papers / JDD : tribune masquée d'une avocate de LVMH

lu publié(e) le 13/11/2017 par la rédaction

Avocate au barreau de Paris, spécialiste du droit pénal et du droit de la presse... Mais pas seulement.Le Journal du Dimanche a publié ce week-end dans sa rubrique "Opinion" une tribune de l'avocate Delphine Meillet, visiblement remontée contre les révélations des "Paradise Papers", la ...

Tous les contenus de ce dossier >