Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Google et le mystérieux redressement fiscal à 1 milliard

Par le - 15h19 - ça reste à vérifier

Google menacé d'un redressement fiscal de près d'un milliard d'euros ? C'est ce qu'assure Le Canard enchaîné ce mercredi 31 octobre. Lors de son entretien avec le PDG de Google, Eric Schmidt, François Hollande aurait évoqué une enquête du fisc. Manière de faire pression sur l'entreprise américaine en plein bras de fer entre le moteur de recherche et les sites de presse ? Possible. Mais difficile de savoir s'il s'agit d'une info ou d'une intox, car Le Canard ne cite pas ses sources. Et les protagonistes démentent.

Dans le bras de fer entre les sites de presse et Google, Hollande a-t-il sorti un joker à 1 milliard d'euros ? D'après Le Canard enchaîné, c'est ce montant "que la Direction générale des Impôts vient de réclamer par courrier recommandé au géant américain pour quatre exercices comptables". Un redressement effectué à l'issue d'une enquête sur "les prix de transfert entre Google France et son holding irlandais" : le moteur de recherche ne paie quasiment pas d'impôt sur les sociétés en France grâce à une "optimisation fiscale" qui lui permet de déclarer ses bénéfices en Irlande, pays où la fiscalité est plus douce.

Si ce montage est utilisé par de nombreuses entreprises américaines comme le souligne Le Canard, il semble que le fisc aurait soulevé des anomalies. Toujours selon l'hebdomadaire, Hollande aurait évoqué ce redressement lors de sa rencontre avec le PDG de Google lundi 29 octobre. Et Le Canard de conclure : "si d'ici à la fin de l'année la négociation entre Google et les éditeurs de presse n'aboutit pas, Google sait déjà ce qui l'attend du point de vue fiscal : 1 milliard d'euros".

Fisc Google

Reste à savoir si cette information est exacte. Car comme l'a souligné une dépêche AFP relayant les affirmations du Canard, l'hebdomadaire ne cite aucune source. Et depuis, l'information est démentie par l'Elysée et Google.

Dans la première dépêche AFP, publiée mardi 30 octobre à 20h09, personne ne souhaitait parler : ni l'Elysée, ni Google, ni la Direction générale des Finances publiques, "au nom du secret fiscal". Mais dans une deuxième version, mise en ligne hier soir à 22h09, l'AFP décroche une réaction du groupe américain : "Google n'a pas reçu de notification de redressement fiscal de la part de l'administration fiscale française", a assuré à l'agence par mail un porte-parole de Google France. Hollande et Schmidt ont-ils tout de même parlé d'une enquête de l'administration fiscale ? Mystère.

Le lendemain, jour de la publication du Canard, c'est Lepoint.fr qui apporte cette fois-ci un démenti du côté de l'Elysée, sans citer de sources nominatives : "Selon l'Elysée, François Hollande n'a pas, lors de sa rencontre lundi avec le patron de Google, mis de pression fiscale sur la société américaine", écrit le site de l'hebdomadaire. Toutefois, "au sein du gouvernement, les informations du Canard enchaîné sont qualifiées de "vraisemblables". D'autres sources gouvernementales évoquent même une somme de "1,7 milliard d'euros". Une conversation démentie, un montant confirmé voire amplifié, difficile d'y voir très clair grâce à ces sources internes non officielles. Surtout que ce n'est pas la première fois qu'on évoque un redressement fiscal : en mars 2012, Lexpress.fr assurait que "Google pourrait devoir payer un redressement de plus de 100 millions d'euros".

En tout cas, pour Google, il n'y a eu ni de notification du fisc... ni discussion sur le sujet avec Hollande. C'est ce qu'on apprenait ce mercredi dans une troisième dépêche AFP : "La question d'un redressement fiscal n'a pas été abordée lors de la rencontre lundi entre le président François Hollande et le patron de Google Eric Schmidt", a affirmé un porte-parole de Google à l'agence. Affaire à suivre... dans Google Actualités et dans Le Canard la semaine prochaine ?

Pour tout comprendre de la bataille entre Google et les sites de presse, plongez-vous dans notre dossier :
Google, pieuvre ou idole ?


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Google Docs Bale

Un bug rappelle que Google espionne les Google Docs

observatoire publié(e) le 01/11/2017 par Juliette Gramaglia

Un simple bug qui inquiète. Plusieurs journalistes américains et français ont constaté mardi 31 octobre qu'ils n'avaient plus accès à leurs documents partagés sur Google Docs. Un bug, selon l'entreprise américaine, dû à une modification du code. Une erreur qui a surtout permis de remettre ...

nouveau media

Google et le dissident Barry Lynn

chronique publié(e) le 31/08/2017 chez les matinautes

Bary Lynn est un journaliste américain, spécialisé dans l'économie, et plus particulièrement dans l'étude des monopoles économiques, et de l'impact (négatif) de ces monopoles sur l'économie. Il est à l'origine d'un groupe d'une dizaine de chercheurs baptisé "Open market", qui s'est donné...

nouveau media

Google Maps ne veut pas froisser l'Inde ou la Chine (Le dessous des cartes)

lu publié(e) le 26/12/2016 par la rédaction

Opportuniste, Google ? Dans une interview à Libération, le créateur de l'émission d'Arte, Le dessous des cartes, Jean-Christophe Victor, affirme que Google Maps ment et s'adapte à la vision géographique de chaque pays, pour ne pas froisser la Chine ou l'Inde. Liberation, 26/12/2016 Le ...

Tous les contenus de ce dossier >