Véronique Genest "islamophobe" : pas de commentaire de TF1
Brève Vidéo

Véronique Genest "islamophobe" : pas de commentaire de TF1

"Islamophobe". C'est ainsi que l'actrice Véronique Genest s'est définie, le 17 septembre sur NRJ 12. Les propos de l'interprète de Julie Lescaut ont suscité la polémique sur les réseaux sociaux. Le magazine l'Express revient aujourd'hui sur cet épisode, en soulignant le silence de TF1 sur le sujet depuis le début.

Malgré la polémique, "personne ne semble lui avoir demandé de se modérer", souligne l'Express, dans son article consacré à la polémique Genest aujourd'hui, qui y voit une preuve que "les temps ont changé". Sous entendu, il serait davantage accepté médiatiquement de se dire ouvertement "islamophobe". L'Express souligne ainsi que TF1, employeur de l'actrice, est resté jusqu'ici "publiquement silencieux", et "ne parait pas redouter de voir écorner l'image du personnage télévisuel si populaire incarné par l'actrice". @si a appelé TF1 qui, effectivement, ne souhaite pas faire de commentaires.

Revenons sur l'histoire de cette polémique. Le 31 août dernier, Genest poste ce tweet : "L’islam est dangereux pour la démocratie et en fait la démonstration tous les jours". C'est à la suite de ce tweet que Jean-Marc Morandini invite l'actrice sur le plateau de son émission sur NRJ12. Alors qu'elle assure qu'elle ne parle que des "extrémistes", l'actrice va encore plus loin et lâche : "islamophobe... la "phobie", c’est la peur de l’islam. C'est ça ? Alors peut être effectivement que je suis islamophobe. Je fais mon coming-out, oui, probablement, je le suis comme beaucoup de Français". Un peu plus tard, dans l'interview, elle assure paradoxalement que l'islam est une "religion magnifique".


Très vite, ses propos suscitent une levée de boucliers sur Twitter. La vidéo est reprise un peu partout dans le presse, une dépêche AFP est diffusée le lendemain sur le sujet. Elle s'attire les foudres de quelques personnalités : le site Ozap note la réaction du réalisateur Mathieu Kassovitz qui lance un "ça c'est fait". Lors du premier tweet de l'actrice sur le sujet, un véritable tweet clash avait d'ailleurs eu lieu entre l'actrice et le réalisateur, relayé ici par le Huffington Post.

L'actrice tente d'apaiser les choses dans une interview au Parisien, assurant ne parler que des extrêmistes, et sur Twitter, assurant aussi qu'elle ne visait que les intégristes : "je ne déteste pas les musulmans, ce sont les première victimes de l'intégrisme". Elle ajoute encore : "je ne vois pas en quoi dire qu'on a peur de quelque chose peut être une insulte et je n'ai rien dit d'autre". Toute la journée de mardi et encore aujourd'hui comme on peut le voir sur sa timeline, elle répond aux twittos qui l'interpellent sur le sujet.

Sans surprise, le site ultra-laïc Riposte Laïque (auquel nous avons consacré une émission) salue sa prise de position, et lui adresse une lettre ouverte : "Vous avez pu tout récemment constater à quel point il devient difficile, dans le pays nommé France, d’émettre une opinion qui n’aille pas dans le sens imposé par la pensée dominante".

 

Etonnamment, pas de réaction de politiques ni d'associations, mais seulement de quelques chroniqueurs ou humoristes.

Depuis sa sortie sur NRJ 12, le Petit Journal de Canal+ épingle régulièrement l'actrice en parodiant sa série, rebaptisé "Julie Lescaut, saison islamophobe"...

picto avec une Julie Lescaut imputant tous les délits aux musulmans, et mangeant continuellement ... du jambon

Le site communautaire musulman Oumma.com, pour sa part, souligne l'influence qu'aurait le compagnon de Genest, le producteur Meyer Bokobza, sur ses prises de positions. En se fondant sur son profil facebook public, le site assure que celui-ci relaye habituellement des prises de position communautaires juives et anti-musulmanes. Genest avait d'ailleurs réagi à cet article sur Twitter : "Mon mari dit ce qu'il veut, c'est son droit, je le respecte car même dans notre couple la liberté d'expression est souveraine."

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.