Unilever : com' bon marché... grâce à l'AFP
Brève Vidéo

Unilever : com' bon marché... grâce à l'AFP

Opération de com' bien rodée d'Unilever.

Anticipant un "retour de la pauvreté en Europe", le géant de l'agroalimentaire prévoit de vendre des produits "meilleur marché" car en plus petite quantité. C'est en tout cas ce que rapporte une dépêche de l'AFP du 27 août reprise sans distance par de nombreux sites d'information... Et tous oublient au passage de préciser que le prix au kilo des produits concernés sera certainement plus élevé.

La population n'est pas la seule à craindre pour l'avenir de son portefeuille. Unilever partage son tourment. La multinationale anglo-néerlandaise, géant de l'agroalimentaire, "se prépare en Europe à un retour de la pauvreté" (dont on ignorait qu'elle avait été éradiquée), s'inquiétant de la possible baisse des ventes de ses produits. "Si un Espagnol ne dépense plus en moyenne que 17 euros quand il fait ses courses, je ne vais pas lui proposer un paquet de lessive qui coûte la moitié de son budget", déclarait Jan Zijderveld, responsable Europe du géant de l'agro-alimentaire, au Financial Times Deutschland dans un entretien rapporté par l'AFP le 27 août.

C'est donc en toute logique que le groupe, prévenant, "veut adapter en conséquence sa stratégie".

Comment Unilever va-t-il continuer à vendre ses produits à des consommateurs appauvris ? C'est diaboliquement simple : "en vendant des produits meilleur marché car en plus petit conditionnement", selon l'AFP. Comme l'a relevé L'Humour de droite sur Twitter, cette tactique limpide d'Unilever a été relayée, sans prise de distance, par de très nombreux sites d'information : leparisien.fr, 20minutes.fr, leFigaro.fr, latribune.fr, lexpansion.fr... Si certains sites (comme celui du Monde ou du Télegramme) se sont montrés prudents en reformulant la dépêche AFP, la plupart en ont simplement recopié le texte, présentant donc la solution d'Unilever selon la même équation : petit conditionnement = produit meilleur marché.



Problème : l'équation ne résiste pas à l'analyse. En réalité, le petit conditionnement rendra probablement les produits d'Unilever plus chers... en proportion.

Concrètement, l'entreprise vendra des paquets de lessive plus petits, donc moins chers - sur l'étiquette - que les anciens. Sauf que rapporté au kilo, le prix sera très probablement plus élevé... la faute aux coûts de reconditionnement et de réorganisation des lignes de fabrication dans les usines, qu'il faut couvrir.

C'est ce qu'explique Yves Puget, directeur de la rédaction du magazine LSA, à BFM TV qui a consacré un reportage au sujet aujourd'hui.

"A moyen et long terme, qui gagne ?", s'interroge BFM, dont la réponse est sans appel : "certainement pas les consommateurs. (...) Le sentiment d'économie ne sera (...) ressenti qu'au moment de passer à la caisse et certainement pas à long terme. Car l'acheteur, s'il est fidèle à la marque, devra se réapprovisionner plus souvent".

Le reportage de BFM TVpicto

RTL, qui a également réalisé un sujet sur la question, ne tombe pas non plus dans le piège et précise la stratégie d'Unilever : "Certes, au kilo ou au litre, ce sera peut être plus cher, mais comme il y en a moins, ce sera moins douloureux à la caisse."

Possible que la ruse d'Unilever s'avère payante. Une chose est sûre, son opération de com' est indéniablement bon marché.

Mise à jour 19h06 : rajout de la mention du tweet de l'Humour de droite.

(Par Antoine Machut. Montage image : Mireille Campourcy)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.