Une information judiciaire ouverte : Cahuzac démissionne
suivi

Une information judiciaire ouverte : Cahuzac démissionne

Une victoire de Mediapart. Victime collatérale : Aphatie

Réservé à nos abonné.e.s
Le match Cahuzac - Mediapart semble tourner à l’avantage de nos confrères. En ouvrant aujourd’hui une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale, le parquet de Paris reconnaît la validité des informations publiées par Mediapart et ses accusations à l’encontre du ministre du Budget. Quelques heures après cette annonce, le président de la République a mis fin aux fonctions de Jérôme Cahuzac. Le chroniqueur de Canal+ Jean-Michel Aphatie, qui avait sommé sans relâche Mediapart de donner "ses preuves", a donné la nouvelle de la démission de Cahuzac en ouverture de l'émission, mais sans revenir sur son attitude précédente.
Mediapart

Il n'aura fallu que quelques heures, après l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire, pour que le ministre du Budget démissionne après un long feuilleton.

C'est une conversation téléphonique, qui lui aura été fatale.

"Ça me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques" : quand Mediapart diffuse début décembre un enregistrement en affirmant que l’homme qui prononce cette phrase est le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, le bras de fer est lancé. Le ministre tarde à démentir que la voix est bien la sienne, puis dément, mais ...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.