Royal cite un humaniste imaginaire (Sud Ouest)
Brève

Royal cite un humaniste imaginaire (Sud Ouest)

Après le philosophe Botul cité par BHL, voici Léon Robert de L'Astran, cité par Segolène Royal. Elle le présente comme un adversaire rochelais de l'esclavage au XVIIIe siècle. Or, il n'a jamais existé.

"Ce capitalisme négrier dont la région porte l'empreinte eut ses dissidents: au XVIIIe siècle, Léon-Robert de l'Astran, humaniste et savant naturaliste mais également fils d'un armateur rochelais qui s'adonnait à la traite, refusa que les bateaux qu'il héritait de son père continuent de servir un trafic qu'il réprouvait", écrit Ségolène Royal le 10 mai, sur Facebook, lors de la journée nationale des mémoires de la traite.
nouveau media

La présidente PS de la région Poitou-Charente n'est pas la seule à présenter ce personnage comme un militant anti-esclavagisme, d'autres sites le présentent de la même manière.

Or, un historien rochelais, Jean-Louis Mahé, conteste l'existence de ce "dissident". Il a été amené à découvrir la supercherie, fin mai, après avoir été sollicité par un étudiant qui devait écrire un article sur ce personnage, présenté sur wikipédia comme "un naturaliste et savant humaniste". "Je n'ai jamais vu ce nom là; on ne peut vérifier aucun des détails qui sont donnés; il ne figure sur aucun registre de l'époque pas plus que le nom du bateau de son père qui était armateur",affirme l'historien. Depuis, la notice de Wikipédia a été supprimée.

Après quelques recherches et coups de fil, l'historien a retrouvé l'inventeur de ce personnage... Il s'agit d'un adhérent du Rotary club de La Rochelle Aunis qui l'aurait fait entrer sur Internet dès 2007.

Selon Sud Ouest, qui a révélé l'affaire dans son édition d'aujourd'hui, l'auteur de cette invention "ne parle ni de canular ni de gaffe. Il s'accroche même au fait que ce personnage a bien existé". "Un vague livre sur « La Rochelle au XVIIIe », sans qu'il puisse donner ni l'auteur ni l'éditeur, l'aurait mis sur la piste du bonhomme dont il raconte dans le détail la vie et l'œuvre, fournissant même de lui deux portraits peints, l'un enfant, l'autre adulte", explique Sud Ouest.

Contactée par l'AFP, Ségolène Royal n'avait pas réagi en milieu d'après-midi.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.