Riposte laïque : vers l'extrême-droite, encore
Brève Vidéo

Riposte laïque : vers l'extrême-droite, encore

Ils se défendaient bec et ongle d'être proches du FN dans notre émission Ligne J@une. Cette fois-ci, Riposte laïque, créée par d'ancien trotkystes ultra-laïcs franchit une nouvelle étape, en organisant un apéro "saucisson-pinard", avec le groupuscule d'extrême droite "Bloc identitaire".

Rouge-brun. De la couleur du vin et du saucisson. De la couleur de l'alliance qui semble naître entre les anciens trotskystes de Riposte Laïque et le groupuscule d''extrême-droite Bloc identitaire. Riposte laïque, vous l'avez découvert dans notre émission Ligne jaune, et dans notre enquête. Ce sont ces militants trotskystes, ultra-laïcs, qui voient dans l'Islam un "danger" pour la France.

Ils viennent de créer "Résistance républicaine", une structure qui se donne pour mission de lutter "contre l'Islamisation de la France". C'est en quelque sorte le volet action concrète de Riposte laïque : ils prévoient des "occupations de locaux, manifestations, actions coups de point, interpellations d'élus", explique sa présidente, Christine Tasin. Cette ancienne membre du MRC de Chevènement vient de quitter Debout la république, le parti de Nicolas Dupont Aignan, dont elle était militante jusqu'à maintenant.

picto Ecoutez la présentation de Résistance républicaine par Tasin

Toute première action concrète : Riposte laïque organise un "apéro géant", à base de "saucisson-pinard", le 18 juin, dans la rue Myrha, dans le XVIII e arrondissement de Paris. Il s'agit précisément de la rue où des musulmans ont pris l'habitude de prier le vendredi après-midi, sur le trottoir.

L'apéro géant, anti-islam picto

apero Bloc RL

Surtout, participe à cet apéro le Bloc identitaire, un groupuscule d'extrême-droite créé en 2002. Ils sont issus d'"Unité radicale", auquel appartiendrait notamment Maxime Brunerie, qui avait tenté d'assassiner Jacques Chirac. Le groupe avait été dissous par décret pour propos racistes et discriminatoires. Depuis, le Bloc identitaire, constitué en parti politique en 2009, se situe plutôt entre Philippe de Villiers et Jean-Marie Le Pen, selon Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême-droite. Son credo ? "Le refus absolu du multiculturalisme, de l'immigration, et de l'Islam", explique le chercheur.

L'initiative de l'apéro vient conjointement d'un membre de Riposte laïque, Roger Heurtebise, et de Sylvie François, présentée comme une "habitante de la Goutte d'or". "On a trouvé l'idée excellente", explique Pierre Cassen, le fondateur de Riposte laïque. Et de souligner le "symbole fort", d'organiser un apéro dans la rue "envahie par les musulmans", "le jour même de l'anniversaire de l'appel du général De Gaulle".

"Pourquoi 19 heures, et pas pendant les prières?" peut-on même lire sur Riposte laïque, prévenant des "frustrations" de la part des militants. "Pour plusieurs raisons. La première est que la Préfecture aurait interdit toute initiative, de nature à troubler l’ordre public. Certes, nous aurions pu aisément démontrer sa duplicité, elle qui autorise les prières musulmanes. Mais notre objectif est que l’initiative soit autorisée." Pas de "castagne" avec les musulmans, donc. Et d'expliquer sans rire qu'ils veulent que cela soit "festif", "dans l’esprit de la meilleure tradition gauloise".

Bloc identitaire

Quid, donc, d'un rapprochement entre Riposte laïque et le Bloc identitaire ? Sur le site des identitaires, on peut lire : "Le rapprochement effectué autour de ce pique-nique festif et convivial, entre le Bloc identitaire, Riposte laïque, les Jeunes pour la France, Résistance républicaine, (...) et de nombreux cercles, associations et organisations (...) doit être le signal que, au-delà des divergences, il est possible de réaliser, enfin, l’"union sacrée pour empêcher que la France ne devienne terre d’islam". Interrogé par @si, Cassen, toutefois, dément toutefois tout rapprochement officiel. Riposte laïque continue donc de jouer sur l'ambiguité.

picto Le site du Bloc identitaire annonce l'apéro "saucisson-pinard"

L'apéro n'est pas sans rappeler les "soupes au cochon", mode d'action bien connue du Bloc identitaire, qui organisait une soupe destinée aux SDF, dits "gaulois", qui avait pour but d'exclure les SDF de religion musulmane, ne pouvant manger de porc. Les soupes au cochon avaient notamment été interdites par le préfet de police de Paris.

Retrouvez notre émission "Ligne jaune" sur le sujet ici, et notre enquête "Voyage chez les ultras de la laïcité islamophobe".

 

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.