Rimbaud n'est pas Rimbaud
Brève

Rimbaud n'est pas Rimbaud

En avril 2010 apparut une photo, dénichée dans une brocante. Un rimbaldien nommé Jean-Jacques Lefrère affirma qu'on y reconnaissait Arthur Rimbaud attablé en cinquième position à droite, à la terrasse de l'Hôtel de l'Univers à Aden. Le cliché daterait des années 1880-1890.

nouveau media

Jacques Bienvenu, autre spécialiste de Rimbaud, émit dès le début des doutes quant à la présence du poète trafiquant d'armes sur ce cliché. Il décida d'identifier les personnages présents sur l'épreuve, et c'est ainsi qu'il découvrit le portrait d'« un docteur belge, Pierre Dutrieux, voyageur et médecin qui avait fait partie d’une expédition en Afrique centrale. A son retour, il fit escale à Aden où sa présence est attestée en compagnie de Lucereau en novembre 1879 » :

nouveau media

Portrait de Pierre Dutrieux

nouveau media

L'inconnu à gauche, et Pierre Dutrieux

Henri Lucereau était un explorateur également identifié par Jacques Bienvenu :

nouveau media

Henri Lucereau est l'inconnu en troisième position à partir de la gauche

L'identité révélée de ces deux hommes permet de dater la photographie : novembre 1879.
Ces identifications « excluent la présence de Rimbaud puisque celui-ci n’est arrivé à Aden qu’au mois d’août 1880. »Quant à Dutrieux, « il est évident qu'[il] n’était pas à Aden en août 1880. En effet, dans sa lettre écrite en février 1881 où il précise qu’il a passé quinze jours à Aden en novembre 1879 avec Lucereau, Dutrieux n’aurait pas manqué de signaler une deuxième rencontre plus récente et plus proche de la mort de l’explorateur. »

« Qu'il s'agisse ou non de ce Dutrieux sur la photographie, cela n'exclut en rien la présence de Rimbaud, objecte Jean-Jacques Lefrère. Car ce Dutrieux, comme on l'a appris pour Lucereau, a tout à fait pu séjourner à Aden en août 1880 ».

Il a pu, en effet. Il a pu aussi boire un Picon bière à la terrasse de l'Hôtel de l'Univers. Où sont les preuves ? L'identification de Dutrieux et Lucereau est, elle, en revanche, indiscutable. On voit par là que la poule aux œufs d'or de M. Lefrère n'a probablement pondu qu'œuf de plâtre, Rimbaud n'est pas Rimbaud.


L'article de Jacques Bienvenu sur le site de la Revue des Ressources.
L'occasion de relire ma chronique d'avril 2010, intitulée Le Trafiquant d'armes et la peau des murs.

Mise à jour, jeudi 3 février. Alban Caussé et Jacques Desse, co-découvreurs de la fameuse photo, souhaitent faire savoir leur désaccord avec la conclusion, à leurs yeux trop catégorique, d'Alain Korkos.

"Dans un "vite dit" Alain Korkos affirme que "Rimbaud n'est pas Rimbaud", la photo d'Aden ayant selon lui été prise en novembre 1879, avant que Rimbaud n'arrive sur les bords de la Mer Rouge. Il se trouve que c'est très très vite dit  (...) M. Korkos peut estimer qu'il n'y a pas de preuve irréfutable que cet homme soit Rimbaud, mais il n'a pas le droit de proclamer, comme il le fait, qu'il existerait une preuve du contraire".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.