Réfractaires à "La Rafle", comparés à Hitler
Brève

Réfractaires à "La Rafle", comparés à Hitler

Rose Bosch est la réalisatrice du film la Rafle (2,8millions de spectateurs en salles), reconstitution des événements du Vel d’Hiv en juillet 1942. Dans une interview accordée au magazine spécialisé les Années Laser, elle répond à ceux qui n'aiment pas son film "en les assimilant à des Nazis" écrit Les Inrocks. Mais Bosch nie avoir tenu ces propos et conteste la transcription de cette interview selon Libération

.

"On pleure pendant  la Rafle parce que… on ne peut que pleurer. Sauf si on est un enfant gâté de l’époque, sauf si on se délecte du cynisme au cinéma, sauf si on considère que les émotions humaines sont une abomination ou une faiblesse. C’est du reste ce que pensait Hitler: que les émotions sont de la sensiblerie. Il est intéressant de voir que ces pisse-froid rejoignent Hitler en esprit, non?" dit la citation de Bosch dans le mensuel Les Années Laser du mois de septembre, à l'occasion de la sortie de la version DVD de son film.

Les Années Laser daté septembre 2010 picto

Années Laser

Inrocks





Le magazine Les Inrocks ne ménage pas Bosch

"Pour tenter d’éviter toute critique négative, les attachés de presse du film reçoivent l’ordre d’interdire à certains journaux (dont les Inrockuptibles) de voir le film avant sa sortie, craignant sans doute que la beauté simple du chef d’œuvre de Rose Bosch ne leur échappe. Elle bénéficie d’une soirée entière de promotion en prime time sur France 2, grâce à une émission sur la rafle du Vel d’Hiv présentée par Marie Drucker, qui a aimé son film – et c’est son droit. Puis La Rafle sort et cartonne en salles: 2,8 millions de spectateurs se déplacent!
Mais ça ne suffit pas. Rose Bosch ne supporte pas que tout le monde n’aime pas son film. (...) Mais
à aucun moment Rose Bosch ne se demande si ces critiques ne pourraient être fondées, ou en tout cas acceptables. Non. Elle préfère s’en prendre directement à l'insensibilité de ceux qui n'ont pas apprécié son film, en les assimilant à des nazis."


picto Le site Les Inrocks le 27 septembre 2010


.

"Sur le site des Inrockuptibles, citant cette phrase, Rose Bosch a fait un post: «Cette phrase n’a JAMAIS été prononcée par moi, ni du reste jamais imprimée dans cette interview.» Or, elle est bel et bien imprimée, et l’entretien a été réalisé par mail!," écrit Libération en faisant une petite erreur.

C'est sur Facebook que Bosch a réagi, et un internaute reproduit sa réaction dans un commentaire sur le site des Inrocks. Sur Facebook, Bosch ajoute: "J'appelle mes avocats". Puis dans une autre réaction, elle écrit "Ces deux journaux, Première et Les Inrocks se sont toujours comportés de cette manière avec notre société de prod. Ce sont des ayatollahs du cinoche. Ils sont convaincus qu'il faut éduquer les masses c'est-à-dire vous et moi." Puis encore: "Je n'ai jamais employé le mot nazi, mais pour ces journaux manipulateurs qui vivent du copier collé je veux bien dire naze tout court"



Bosch, Facebook

Site Facebook

Il est exact que dans l'interview originelle aux Années Laser, Bosch ne comparait les réfractaires à son film aux nazis. Elle les assimilait simplement à Hitler.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.