Rapport sur les Bogdanov : "ce travail est nul"
Brève

Rapport sur les Bogdanov : "ce travail est nul"

@si vous avait révélé l’existence d’un rapport du CNRS au sujet des thèses des Bogdanov. Ce rapport, réalisé en 2003, était tenu secret par l’Université de Bourgogne et le CNRS. Il est publié aujourd’hui, en partie, sur le site Marianne2.fr. Il flingue littéralement le travail des jumeaux. "Ces thèses n’ont aucune valeur scientifique", assène le rapport.
@si vous avait révélé l’existence d’un rapport du CNRS au sujet des thèses des Bogdanov. Ce rapport, réalisé en 2003, était tenu secret par l’Université de Bourgogne et le CNRS. Il est publié aujourd’hui, en partie, sur le site Marianne2.fr. Il flingue littéralement le travail des jumeaux. "Ces thèses n’ont aucune valeur scientifique", assène le rapport.

Marianne 2 publie les 16 dernières pages du rapport, celles qui concernent l'analyse scientifique de chacune des thèses des jumeaux. Ce rapport avait été rédigé à la demande du directeur du département Sciences physiques et mathématiques du CNRS et du président de l’université de Bourgogne, en 2003, alors qu'une controverse faisait rage, au sujet de la validité des thèses des deux jumeaux.

Que dit ce rapport? Il taille en pièces la thèse de mathématiques de Grichka Bogdanov, soutenue le 26 juin 1999 :"En résumé, un des huit chapitres de cette thèse contient une construction du niveau de celles qu'on peut trouver dans un mémoire de DEA, voire de maitrise, mais très mal écrit; les sept autres ne contribuent en rien aux mathématiques."

Quant à la thèse de Igor, soutenue le 8 juillet 2002 : "La conclusion de ce rapport, (...) est claire et sans ambiguïté: (…) la valeur de ce travail est nulle". "Cette thèse "ne contient aucune construction cohérente. Bien au contraire, ce travail est constellé d’incohérence, de confusions grave et de propositions imprécises voire incompréhensibles".

"L’usage d’affirmations floues est si fréquent qu’on est tenté d’y voir un procédé de camouflage de l'’absence réelle arguments", ajoute le rapport, qui pointe également des "emprunts à d'autres auteurs". Il note aussi que 50% (19 sur 42) des remerciement cités dans la bibliographie concerne des médailles Fields ou des prix Nobel. "L’implication de ces sommités est-elle donc nécessaire pour donner une certaine crédibilité au présent travail?" se demande le rapport.

La conclusion du rapport est lapidaire : "devant autant de non sens, de confusions, et d'incompréhensions manifestes, on ne peut pas les considérer comme des textes scientifiques sérieux. En résumé, l'ensemble des articles considérés ici ne répond à aucun critère de clarté, de précision, et d'exactitude en vigueur en physique théorique. Ce manuscrit de thèse ne peut pas être qualifié de contribution scientifique".

Que répondent les Bogdanov ? "Le "rapport" du CNRS ne me semble pas établi sur des bases scientifiques sérieuses", rétorque à @si Igor, qui affirme n'avoir pas lu le rapport. Il avance que, à l'inverse, 15 rapports d'experts ont prouvé la validité de leurs thèses. Ils nous ont transmis ces rapports. Pour huit d'entre eux, (trois pour la thèse de Grichka et cinq pour celle d'Igor), il s'agit de documents établis avant la soutenance de leurs thèses, demandés par leurs jurys à des "rapporteurs de thèse", qui leur ont donné le feu vert pour la soutenir. Sept rapports ont été établis après la soutenance de la thèse de Grichka, chacun sur une partie différente, et ont attesté de la validité de sa thèse. "J'ai pu constater que l'exposé ne contient pas de remarques incorrectes", dit ainsi le professeur Costas Kounnas, du Cern. Nous n'avons pas pu, toutefois, vérifier de l'authenticité de ces rapports. "Nous sommes habitués à de l’hostilité à notre égard", lâche Igor. "Nous sommes trop insaisissables, trop multiples, trop polysémiques peut-être".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.