Rapatriement fils Sarkozy aux frais de l'Etat ? (Canard)
Brève

Rapatriement fils Sarkozy aux frais de l'Etat ? (Canard)

Connaissez-vous Elysée Assistance ? Selon Le Canard enchaîné de ce mercredi 1er février, l'Elysée a dépêché un Falcon 50 de l'Etec-RAFJ, flotte de la République, pour rapatrier le fils aîné de Nicolas Sarkozy, victime d'un malaise en Ukraine. Un rapatriement que Sarkozy père n'aurait pas remboursé en intégralité.

D'après Le Canard enchaîné, le 25 janvier 2011, un Falcon de la République a décollé de Villacoublay pour Odessa, en Ukraine. Objectif de la mission : récupérer Pierre Sarkozy.

Plus connu dans le milieu de la musique sous le nom de DJ Mosey, le fils de Sarkozy a fait un malaise probablement lié à une intoxication alimentaire. Après 3h30 de vol, et deux heures d'attente sur le tarmac d'Odessa, le Falcon est reparti sur Paris. Qui a payé la facture ? Contacté par Le Canard enchaîné, l'Elysée a fait savoir que Sarkozy "a payé par chèque, sur ses deniers personnels, la somme de 7 632 euros". Sauf que selon l'hebdomadaire, le rapatriement a coûté beaucoup plus cher : "L'heure de vol en Falcon 50 de l'Etec est estimée, selon les chiffres officiels du ministère de la Défense, à 5 600 euros. L'indisposition de Monsieur Fils aura donc coûté 40 000 euros".

En outre, l'utilisation des moyens de la République à des fins personnelles est-il légal ? Pas sûr. Etant un organisme d'Etat, l'Etec n'est pas censé faire de concurrence au privé. Un contrôleur général, interrogé par Le Canard, explique si "une compagnie aérienne mal lunée prend en mauvaise part cette concurrence déloyale et fait un procès, elle gagnerait à tous les coups". Seule exception qui pourrait justifier l'utilisation des avions de la République à cet effet : invoquer "l'intérêt général". Difficile d'appliquer cette notion au malaise du fils de Sarkozy même si l'Elysée a tenu à préciser à l'hebdomadaire que la décision de le rapatrier avait été prise "par le médecin en chef de la Présidence". Ça change tout, effectivement.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.