Pujadas, l'épreuve de l'indépendance
Brève

Pujadas, l'épreuve de l'indépendance

Ce sera donc dans le cadre détendu du jardin de l'Elysée.

Ou dans la bibliothèque, si le temps ne le permet pas. Car la météo est bien la seule inconnue de l'opération : pour le reste, l'Etat est au rendez-vous. La Justice fonctionne, qui auditionne et ré-auditionne, de jour, de nuit, et sans avocat. Entre Nanterre et Paris, les transmissions fonctionnent. La haute fonction publique fonctionne, qui a rendu, en temps et en heure, quelques minutes avant les journaux de 20 Heures, le soulageant rapport que l'on attendait d'elle. Et donc, la télé publique fonctionne. On aurait pu imaginer que, mis en cause, le président de la République irréprochable se déplaçât jusqu'au studio du 20 Heures. Mais non. Pourquoi aller à Pujadas quand Pujadas est au garde-à-vous, prêt à sauter sur son scooter pour déférer à la convocation ?

Qu'on n'ait aucune crainte sur l'indépendance du présentateur. On ne cesse de vous le répéter : il n'y a pas davantage de pressions sur la presse, que sur la Justice, ou sur l'Inspection des finances, tous corps cultivant une farouche indépendance. Pujadas aime d'ailleurs tellement l'indépendance, qu'il s'en est forgé une définition toute personnelle, désormais légendaire. L'essentiel, à ses yeux, est la lutte contre la "bien-pensance". Entendez par bien-pensance "l'idée que, par définition, le faible a toujours raison contre le fort, le salarié contre l'entreprise, l'administré contre l'Etat, le pays pauvre contre le pays riche, la liberté individuelle contre la morale collective."

Nul doute qu'il saura parfaitement mettre en pratique sa conception. On observera donc avec intérêt sa lutte contre les affreuses tentations de la bien-pensance, qui pourraient le conduire, s'il n'y prenait garde, à donner raison à la petite comptable contre la banquière de luxe, au majordome contre le gestionnaire de fortune, ou au site de presse contre l'Elysée irréprochable.

(Pour vérifier ensemble le bien-fondé de nos espoirs et de nos craintes, nous commenterons sur le site l'entretien pujado-présidentiel dès qu'il sera terminé. A ce soir).

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.