Proglio "les 3 mensonges de Chatel" (Libération.fr)
Brève

Proglio "les 3 mensonges de Chatel" (Libération.fr)

Dans sa défense de Proglio sur Europe 1 le 20 janvier dernier, Luc Chatel a trouvé le moyen d’énoncer trois mensonges remarque Libération.


"Le premier consiste à affirmer qu’Henri Proglio va toucher en tant que PDG d’EDF la même rémunération que son prédécesseur. C’est faux. Pierre Gadonneix émargeait à 1,1million d’euros par an. Henri Proglio bénéficiera lui, pour la même fonction, d’une rémunération (fixe et variable) de 1,6 million d’euros annuels. Soit un généreux coup de pouce de 45%."

"Le deuxième mensonge consiste à affirmer que l’addition de la double rémunération à laquelle prétendait Proglio (1,6million d’EDF donc, auquel devait s’ajouter les 450.000euros perçus au titre de président non exécutif de Véolia) lui aurait juste permis de toucher le même montant que ce qu’il touchait précédemment… Or, en 2008, Henri Proglio, en qualité de patron de Véolia, a touché 1,6 million d’euros. Le chiffre de 2millions correspond à ses rémunérations en2006 et2007."

"Dernier mensonge: selon Chatel, la rémunération totale de Proglio devait seulement être la 32ème du CAC40. Sauf que si l’on se fie au classement de la société de conseil Proxinvest (pour 2008, les chiffres 2009 n’étant pas encore connus), les 2.050.000 euros du «double patron» en auraient fait la 17ème rémunération du CAC40. Pas la 32ème... Au salaire qui sera finalement le sien (1,6million), Proglio se situe à la 23ème place du classement 2008."

Le site Liberation.fr jeudi 21 janvier 2010 picto

Liberation, Chatel

Profitez-en pour relire la chronique de notre tout nouveau prophète Daniel Schneidermann : "le retour des argumenteurs"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.