Pour l'apocalypse, attendre lundi
Brève

Pour l'apocalypse, attendre lundi

Peut-être est-ce le début d'un détricotage final, et accéléré, de l'euro.

Peut-être pas. Le problème de l'avenir, comme aurait pu dire Pierre Dac, c'est qu'il n'est pas encore advenu. Mais le plan européen de "sauvetage" de Chypre (dont nous vous racontons tous les détails ici) est en tout cas un de ces événements saisissants, dont on pressent immédiatement qu'ils peuvent faire basculer l'Histoire. Un impôt prélevé brutalement, et pour la première fois, sur les comptes bancaires des déposants, petits et gros, sous pression de la Troïka: sans même se prononcer sur la légitimité, ou non, de cette mesure plus complexe qu'il y parait, et dont on débat ardemment dans nos forums (un racket ? Un hold up ? Une mesure finalement plus juste qu'une ponction sur les salaires ?) peut-être qu'il n'en faudra pas davantage pour déclencher au Sud de l'Europe le fameux "bank run". Vous savez, cette ruée vers les banques que l'on attend depuis le début de la crise de la dette, comme les Californiens attendent le "big one", dans un mélange d'anxiété et d'excitation, et qui donnera le signal du sauve-qui-peut général. Bref, pour l'UE, c'est peut-être le vrai commencement de la fin. Et peut-être pas.

Quoi qu'il en soit, l'événement aura démontré, une fois de plus, la prodigieuse capacité de léthargie du système médiatique français, notamment en période de week-end, à commencer par la chaine phare du service public, France 2. Rugby, inauguration présidentielle d'un pont à Bordeaux, et un long sujet sur le violon de l'orchestre du Titanic, enfin retrouvé d'on ne sait où: samedi soir,  pas un mot sur le sujet, alors que mille questions se posaient. Ce Delahousse ! Il serait capable de voir une guerre mondiale débuter sous ses yeux sans cesser de nous sourire jusqu'au fond des yeux, si ce n'est pas prévu à l'agenda. Ce doit être une grande qualité.

Beaucoup seront tentés d'expliquer ce silence par un refus d'affoler les télespectateurs. Si seulement c'était l'explication ! On pourrait alors discuter de toute une série de questions nécessaires: comment, en effet, informer sans affoler ? A partir de quand la volonté de prendre son temps bascule-t-elle en pur et simple délit d'initiés ? Mais pour être machiavélique, encore faut-il avoir un cerveau. Chypre, c'est loin. C'est petit. Tout petit. Ce ne peut pas être sérieux, tout au moins pas aussi sérieux que le violon du Titanic. Pour l'apocalypse, repassez lundi.

Delahousse Chypre
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.