Noyade de Sarkozy, virage de Bayrou
Brève

Noyade de Sarkozy, virage de Bayrou

Noyade, suite. Maintenant, c'est le noyé qui parle.

Après la panne de mots sur la perte du triple A, après les accès de masochisme, après les premiers aveux voilés d'erreurs passées par l'entourage, le film de la noyade au ralenti se poursuit, implacable. Le Monde d'aujourd'hui reproduit de longues citations (accès payant) dans lesquelles Sarkozy, en privé, envisagerait sa défaite, et ce qui s'ensuivrait. " En cas d'échec, j'arrête la politique, oui c'est une certitude. Je suis avocat, j'ai toujours eu un cabinet et je suis passionné de tas de choses, explique aujourd'hui le président à son entourage. En tout cas, je changerai de vie complètement, vous n'entendrez plus parler de moi !" Voyez comme l'heure est grave: le ci-devant copain des vedettes cite désormais Pascal. Pas Obispo, non. Blaise: "L'homme est ainsi fait que tout est organisé pour qu'il oublie qu'il va mourir".

Evidemment, comme souvent, cet article omet le plus intéressant, à savoir: comment ces citations désabusées sont-elles parvenues aux oreilles d'Arnaud Leparmentier et de Vanessa Schneider, du Monde ? De la bouche de Sarkozy lui-même, qui se serait confié en "off", comme on l'a vu à de nombreuses reprises dans le passé ? Ou bien rapportées par l'entourage ? Directement ? Indirectement, avec risques de déformations ? Et si elles sont rapportées par l'entourage, le sont-elles avec l'accord de Sarkozy, ce qui signifierait que non seulement il envisage, mais souhaite sa propre défaite ? Ou bien sans son accord, ce qui signifierait au contraire que l'entourage le plus proche se prépare à planter les poignards ?

Dans toutes les hypothèses, ces citations accélèrent la spirale de la déroute, que chacun est désormais forcé d'observer. Et d'abord les politiques les plus affûtés. C'est sans doute parce qu'il pronostique désormais un second tour contre Hollande, que l'on voit aujourd'hui Bayrou prendre un virage en épingle à cheveux vers la droite. Il fallait l'entendre, ce matin, devant un Aphatie en extase, expliquer que les banques n'étaient pour rien, strictement pour rien dans la crise de la dette, laquelle crise était exclusivement imputable à nos fautes, à nos très grandes fautes passées de dépensiers inconséquents. Et pas au renflouement des banques; et pas aux lacunes de l'Europe politique; et pas à la surenchère désordonnée d'agences de notation schizophrènes et myopes. Non, à nos fautes. Je serais curieux de savoir comment Bayrou s'imagine l'électeur sarkoziste bayrouo-compatible. Croit-il que la droite profonde brûle chaque semaine un cierge aux profits bancaires ? Le risque des virages en épingle à cheveux, c'est qu'on y augmente les risques de foncer dans le décor.

bouée
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.