Murdoch : avis de tempête sur la police, et sur l'économie des médias britanniques
article

Murdoch : avis de tempête sur la police, et sur l'économie des médias britanniques

Réservé à nos abonné.e.s
Conséquence attendue du scandale des écoutes illégales du tabloïd News of the World : Rebekah Brooks, directrice générale de News International, la filiale de News Corp. qui chapeaute les journaux britanniques du groupe du magnat australo-américain Rupert Murdoch, a démissionné. Mais ce n'est pas seulement le pan britannique de l'empire Murdoch qui vacille. Le scandale éclabousse désormais Scotland Yard. Et le vice-premier ministre libéral-démocrate Nick Clegg évoque d'éventuelles lois anti-concentration dans la presse. Quant à l'organe britannique d'auto-régulation de la presse, le Press Complaints Commitee, épinglé pour son impuissance, il pourrait être profondément remanié.

Onde de choc dans la presse ? Le vice-premier ministre libéral-démocrate Nick Clegg a semblé déterminé à donner le coup qui fera s'effondrer l'édifice britannique de Murdoch, lors d'un discours prononcé jeudi 14 juillet devant l'organisme indépendant Institute for Government. Comme le rapporte le site du Guardian, Clegg a en effet plaidé pour davantage de régulation et de pluralité dans le paysage médiatique, en préconisant (d'une manière assez générale, toutefois) de limiter la concentration des médias, ainsi qu'une définition plus rigoureuse de qui constitue une personne "apte" à diriger ces m&eac...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.