Louvrier appelle, France 2 renonce à Pierre Sarkozy ? (Rue89)
Brève

Louvrier appelle, France 2 renonce à Pierre Sarkozy ? (Rue89)

Après le malaise en Ukraine, le malaise à France 2 ? Selon Rue89, dans le cadre d'un sujet sur le train de vie de l'Etat, l'émission Complément d'enquête a renoncé à une séquence sur le coût du rapatriement de Pierre Sarkozy, victime d'un malaise en Ukraine en janvier 2012. Si la pertinence d'une telle séquence faisait débat au sein de la rédaction, la décision de s'en passer aurait été prise après un coup de fil du conseiller en communication de l'Elysée, Franck Louvrier. Une version démentie par l'intéressé et par Benoît Duquesne, présentateur de l'émission.

Pour illustrer la différence entre les dépenses trop élevées de l'Elysée et l'austérité du train de vie de la chancellerie allemande, l'émission Complément d'enquête avait envisagé, pour son numéro diffusé hier sur France 2, d'évoquer l'affaire du rapatriement sanitaire de Pierre Sarkozy. Il avait été payé en partie aux frais de l'Etat, d'après Le Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy n'ayant remboursé que 7 632 euros sur une facture estimée à environ 40 000 euros. "Des images-prétextes étaient prêtes pour ajouter la séquence au montage. Il y avait aussi, en stock, une réaction de Karl-Heinz Däke, président de la fédération des contribuables en Allemagne (BdSt) : il s'étouffait devant les sommes engagées pour ce rapatriement (plus de 30 000 euros)", explique Rue89.

France 2 trappe la séquence

L'opportunité d'une telle séquence aurait fait débat au sein de la rédaction jusqu'à un coup de fil de Franck Louvrier. "En début de semaine, le conseiller en communication de Nicolas Sarkozy aurait appelé Benoît Duquesne : une très longue conversation devant témoins pour parler de la pertinence du sujet, dans son intégralité, raconte Rue89. Le conseiller du Président a probablement été alerté par les nombreux e-mails envoyés par le journaliste Yvan Martinet au cabinet de Nicolas Sarkozy pour la préparation de son sujet. Franck Louvrier aurait alors rappelé à Duquesne les règles de bonne conduite pendant la campagne présidentielle : on ne charge pas un candidat sans charger l'autre, sous peine d'être puni par le CSA. Franck Louvrier ne menace pas, il raisonne, et tente de donner à ses interlocuteurs les arguments dont ils ont besoin pour s'arranger avec leur conscience".

Finalement, France 2 se contentera d'un sujet sur le train de l'Elysée "sans personnalisation", relève Rue89. Joint par le site d'information, Benoît Duquesne a confirmé avoir été en contact avec l'Elysée pour ce sujet mais nie toute consigne à propos d'une séquence sur le rapatriement du fils Sarkozy. "Personne ne visionne nos enquêtes avant diffusion. La scène avec Pierre Sarkozy n'a jamais été envisagée. Il n'a jamais été, en montage, question du fils Sarkozy. Nous n'avons rien tourné là-dessus", a-t-il indiqué. Joël Bruandet, rédacteur en chef adjoint de l'émission, a précisé qu'ils avaient renoncé à cette séquence bien avant ce coup de fil.

2ème titre

Franck Louvrier a également réfuté être intervenu pour demander une telle suppression.

Et après avoir titré dans un premier temps que France 2 avait "trappé" la séquence de Pierre Sarkozy, Rue89 a atténué son titre quelques minutes après sa mise en ligne en mettant que la chaîne s'était simplement passé de la séquence.

picto Un deuxième titre un peu moins fort

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.