Les indignés de Wall Street : un "Tea Party" de gauche ?
à l'étranger

Les indignés de Wall Street : un "Tea Party" de gauche ?

Les médias américains prennent désormais le mouvement au sérieux

Réservé à nos abonné.e.s
Le mouvement "Occupy Wall Street", qui se veut l’écho des Indignés européens ou encore des révolutions arabes, prend de l’ampleur aux Etats-Unis. Les manifestants, qui se relaient depuis le 17 septembre dans le quartier des affaires à New York, n’occupent plus seulement le désormais célèbre Zuccotti Park, mais aussi l’espace médiatique et politique. Rejoints par les syndicats, ils étaient entre 5 000 et 12 000 (selon les estimations) à défiler mercredi pour demander davantage de justice sociale. Longtemps discrets ou sarcastiques, les médias "mainstream" américains accordent au mouvement une place croissante.

Il y a encore une semaine, ils étaient la risée de tous. Les manifestants du mouvement "Occupy Wall Street" qui occupent le quartier de la Bourse à New York, depuis le 17 septembre, formaient un groupe désorganisé, moqué par le New York Times. Comme le soulignait le quotidien américain, ils avaient alors pour seule ambassadrice, une femme à moitié nue qui se surnommait Zuni Tikka. Aujourd'hui, des femmes se dévêtent toujours et le mouvement, qui ne se reconnaît aucun leader, peine à constituer un groupe politique cohérent, mais dans les médias, le ton a changé. Si certains, comme le blogueur John Hawkins sur le site du Huffington Po...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.