Le critique de la cravate de Hollande est à l'UMP
Brève

Le critique de la cravate de Hollande est à l'UMP

Archiveur de cravate mal portée. Bastien Uranga, créateur du site "Francois, ta cravate!" qui se présentait dans les médias comme un militant "ni à gauche ni à droite", semble finalement avoir trouvé sa voie. Encarté à l'UMP et très actif lors des "manifs pour tous", il continue d'expliquer que ça n'a aucun rapport avec son site internet. En tout cas les médias sont friands de ce que certains qualifient - sans rire - de "vrai travail documentaire".

Fin de l'année 2012, un site internet intitulé "François, ta cravate!" qui recense les cravates portées de travers par François Hollande lors des sorties officielles fait le buzz parmi les médias français. On peut y suivre jour après jour le décompte des cravates de travers, photos à l'appui. Ainsi, ce matin, on pouvait lire : "Je suis la cravate de François Hollande et j'ai été portée 325 fois de travers pour 606 apparitions publiques".

Le site François, ta cravate ! picto

Et le moins que l'on puisse dire c'est que quasiment aucun média n'est passé à côté de ce site : Patrick Cohen sur France inter, Le Figaro, Sud-Ouest, France 3 Aquitaine, Rue 89, France Bleu, LCI ainsi que BFMTV -qui salue au passage un "vrai travail documentaire"- se relaient d'octobre 2012 à janvier 2013 pour en parler. Buzz qui assure un certain succès au site puisque selon son créateur Bastien Uranga, il est passé avant l'emballement médiatique d'environ 400 visites quotidiennes à 30 000 entre le 12 et le 14 novembre 2012, après médiatisation. En janvier, il enregistrait toujours environ 1500 visiteurs par jour. Aujourd'hui, la fréquentation a beaucoup diminué puisque le site n'est visité "que" 250 fois par jour.

Dans la plupart des articles/chroniques/billets évoquant le site, on présente Bastien Uranga comme un "étudiant bordelais en informatique" sans s'intéresser le moins du monde à son orientation politique. Exception faite dans deux articles, l'un de Sud Ouest, l'autre du Figaro dans lesquels on peut lire que Bastien Uranga,"ne revendique aucune appartenance à un courant politique" et "précise ne militer ni à droite ni à gauche".

D'ailleurs, cet apolitisme est revendiqué dans la rubrique "Qui est derrière tout ça?" du site Francois, ta cravate ! Il est écrit :

"Indépendant de tout parti, ce site a été crée pour amuser ses lecteurs, de droite comme de gauche".

Toutefois, après une très légère exploration du compte Twitter de Bastien Uranga, on se rend compte que ses préférences politiques ne sont pas réellement proches de celles du président de la République. Dans sa bio twitter, il se présente même comme un "Catho et #UMP". Il revendique également la #ManifPourTous et même le fait d'avoir été elu "Con de la semaine" par l'hebdo satirique, Charlie Hebdo.

Plus largement, l'intéressé est très actif sur son fil Twitter. Il y publie des messages avec le hastag #HollandeDemission ainsi que de nombreuses photos et vidéos en rapport avec les nombreuses "Manifs pour Tous".

Joint par @si, Uranga explique aujourd'hui que son site est "purement humoristique" et qu'il ne voit pas le rapport entre celui-ci et son appartenance politique. Il reconnait pourtant avoir dit aux journalistes n'appartenir à aucun courant politique même si à l'époque il était seulement "sympathisant de l'UMP" -il a adheré depuis. Pourquoi ce mensonge . Parce que tous les journalistes commençaient leur interview avec une seule question "Mais alors vous êtes de droite pour avoir créé ce site".

"J'ai écrit mon article sans vérifier la véracité des propos de Bastien Uranga"

Dans un article du 11 novembre 2012 de Sud Ouest on peut ainsi lire que Bastien Uranga "ne revendique aucune appartenance à un courant politique", l'article présentant le site François, ta cravate! comme n'étant "ni une oeuvre de la police de la mode, ni celui d'une officine de l'UMP tatillonne." Joint par @si au téléphone, l'auteur de l'article explique "Je lui ai demandé s'il était engagé politiquement, il m'a dit que non. Je dois avouer avoir juste mis sa citation". Il ajoute "On sentait bien que ce n'était pas un MJS mais il était très cordial sur les choses politiques. Il s'est politisé à l'occasion de la manifestation pour tous".

Pourtant, dans un petit article daté d'octobre 2012 du Figaro.fr, Marc de Boni (qu'@si a tenté de joindre sans succès) présentait Uranga comme un "militant proche de l'UMP". Mais un mois plus tard, toujours sur le Figaro.fr, un autre papier traite une nouvelle fois du site "François, ta cravate!". La journaliste, Stéphane Kovacs y reprend les propos de l'étudiant : Uranga "précise ne militer ni à droite, ni à gauche". L'article était censé être un "papier marrant" et il fallait que je l'écrive vite" explique l'auteur à @si.

Par Yaël Caux

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.