Le "baiser de Marseille" : histoire d'une photo
Brève

Le "baiser de Marseille" : histoire d'une photo

La photo est devenue culte.

Deux jeunes femmes s'embrassant devant une manifestation organisée à Marseille par l'association Alliance Vita, créée par Christine Boutin, contre le mariage homo et l'adoption par les couples de même sexe... Hier, sur les réseaux sociaux, le cliché gentiment provoc' a été retwitté plus de 2000 fois, comme le signalent l'AFP et le Huffington Post. En parrallèle, les anti-mariage homo se mobilisaient aussi sur Twitter avec le hashtag #UnpapaUnemaman, en référence au slogan de la manifestation.

La photo prise par Gérard Julien mardi après-midi à Marseille picto

baiser marseille

Comment est née cette photo ? Son auteur, Gérard Julien, couvrait la manifestation marseillaise, mardi après-midi, pour l'AFP. Il se trouvait parmi les manifestants d'Alliance Vita, qui avaient formé une sorte d'allée centrale pour préparer un "happening", avec d'un côté les hommes habillés en noir ou vert et de l'autre, les femmes en rose, blanc ou rouge. "J'ai vu arriver sur cette allée centrale deux jeunes femmes qui tout d'un coup se sont embrassées sous le regard outré des manifestants", raconte-t-il. Julien est le seul photographe posté à cet endroit. Il voit la scène et prend la photo à la volée. "Ce n'était pas prémédité, mais très spontané. Je ne connais pas les deux jeunes femmes", raconte-t-il à @si. "C'est l'arroseur arrosé, s'amuse-t-il, elles ont détourné le happening anti-mariage homo à leur profit".

Au moment de déclencher, Gérard Julien ne se doute pas que son cliché va faire le buzz toute la soirée sur internet. C'est d'abord un journaliste du magazine Têtu, Paul Parant, qui a publié la photo sur les réseaux sociaux et sur le site de Têtu, à partir du fil AFP sur lequel Gérard Julien avait déposé sa photo."Il y a cinq ans, sans les réseaux sociaux, la photo n'aurait pas eu autant d'impact", estime le photographe.

Ce mercredi, Têtu a retrouvé les deux jeunes femmes, Julia Pistolesi et Auriane Susini, et les a interviewées. Elles expliquent ne rien avoir prémédité. "On s’est retrouvées complètement par hasard à la préfecture où étaient les manifestants", raconte Julia à Têtu. (...) On a tout de suite pensé qu’il s’agissait d’un rassemblement bon enfant. On est quand même allées leur demander pourquoi ils étaient là. Ils nous ont expliqué qu’ils étaient contre le mariage gay et l’adoption. Pas très loin d’eux on a rencontré une poignée de contre-manifestants. Ils avaient envie de répondre au rassemblement mais ne savaient pas comment…"

Les deux jeunes femmes improvisent la scène sur place, en réaction à la manifestation."J’ai lancé l’idée à Julia, je lui ai dit «Allez, on se met en plein milieu et on s’embrasse devant tout le monde!», explique Auriane. Au début c’était sur le ton de la rigolade." Lorsqu'elle se lancent, les manifestants s'écrient : "Vous êtes dégueulasses! Vous êtes pas belles!", raconte Julia. Les deux jeunes femmes ne sont pas des militantes et se présentent comme hétérosexuelles : "Je pense qu’on n’a pas besoin d’être homo pour les soutenir! C’est un geste de solidarité pure et simple".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.