La commission Zelnik, "fermée et opaque"
Brève

La commission Zelnik, "fermée et opaque"

Comment relancer l'offre légale de téléchargement ? Question posée par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand au président du label Naïve Patrick Zelnik (par ailleurs producteur de Carla Bruni-Sarkozy), en le nommant à la tête de la mission "Création & Internet". La consultation de la commission s'est clôturée hier. Mais la plateforme "Création, Public, Internet" dénonce l'opacité de la démarche.

Pour faire le tour des idées et propositions sur le thème du développement de l'offre légale, la commission Zelnik a envoyé à plusieurs acteurs du secteur un questionnaire assez fourni. Parmi les questions, on trouve "Comment favoriser le développement des offres culturelles légales sur internet", ou encore "Comment assurer une juste rémunération des artistes et des producteurs de contenus culturels ?".

Mais sur l'identité des personnes concertées, la commission est restée beaucoup trop évasive au goût de la plateforme "Création, Public, Internet", qui englobe notamment la Quadrature du Net et l'UFC-Que Choisir. En effet, ces derniers "ont pu constater, lors d’échanges avec différents acteurs du secteur, que beaucoup d’entre eux n’ont pas été en mesure de se procurer ce questionnaire et certains, certes plus rares, n’en avaient pas connaissance." Il n'était pas non plus prévu que les réponses soient publiées."Les réponses que vous apporterez serviront à éclairer les réflexions de la mission, qui, sauf souhait explicite de votre part, en fera un traitement confidentiel", précise la lettre.

La plateforme, qui souhaite que cette consultation soit la plus transparente possible, demande donc à la commission que "d’une part, le questionnaire comme les réponses soient publiés en toute transparence et, d’autre part, que le délai de clôture de la consultation soit repoussé de 1 mois pour que tous ceux qui se sentent concernés et qui n'ont pas été sollicités, puissent librement répondre."

Pour cela, la lettre avec le questionnaire a été mise en ligne, elle est consultable ici.

Daniel Schneidermann a été l'un des heureux destinataires de cette lettre. Et justement, voici un extrait de sa réponse : "il y a un premier pas dans la voie de la création de ce rapport de confiance : permettre aux internautes de suivre vos travaux. En direct. Sans filtre. Tant qu'ils se dérouleront dans le secret d'un cabinet ministériel, vos travaux, je suis au regret de vous le dire, seront frappés, aux yeux de l'internaute moyen, d'une sorte de vice de fabrication. Aussi, je viendrai volontiers discuter avec vous, si toutefois vous m'y invitez, sous réserve que cette entrevue soit filmée, et diffusée en direct sur le site que vous ne manquerez pas de créer à l'occasion."

Pour relire la réponse de Daniel Schneidermann en entier, c'est par là.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.