Institut Montaigne, pub déguisée pour Sarkozy ?
Brève Vidéo

Institut Montaigne, pub déguisée pour Sarkozy ?

A l'heure de la stricte égalité de temps de parole, Le Nouvel Observateur pointe une campagne de publicité de l'institut Montaigne, un think tank libéral, qui reprend des éléments de langage du président-candidat. Une proximité si troublante que le CSA a décidé d'instruire un dossier.

Assouplir les conditions de rupture d'un CDI, réduire les cotisation patronales ou instaurer une TVA sociale... Des spots de pubs de l'institut Montaigne, diffusés jusqu'à 9 fois par jour sur BFM TV, vantent les propositions du think tank libéral... qui ressemblent fort à celles de Nicolas Sarkozy.

Pour le prouver, le site du Nouvel Obs a réalisé un montage, alternant  les spots et certaines propositions de Sarkozy picto

Depuis la mi-mars, l'institut Montaigne achète des espaces publicitaires pour promouvoir sa trentaine de propositions dans plusieurs spots d'une minute, diffusés sur BFM TV, mais aussi sur BFM radio et sur RMC.

Le point commun de ces médias : un propriétaire, Alain Weill, dont la proximité avec l'UMP n'est plus a démontrer depuis que son épouse, Isabelle Weill, s'est présentée aux dernières élections régionales sur la liste UMP des Hauts-de-Seine.

Interrogé par Le Nouvel Obs, l'institut Montaigne se défend de s'être "calé sur la phraséologie" du président candidat, mais la proximité entre le think tank et l'UMP a éveillé les soupçons du conseil supérieur de l'audiovisuel. "Le CSA aura peut-être son mot à dire, indique le Nouvel Obs.  «Un arbitrage est en cours», nous apprend le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui dira si cet achat d'espace publicitaire respecte ou non la législation : les messages du think tank auraient-ils dû être diffusés hors écran publicitaire, dans un espace identifié ? L'instance régulatrice dira aussi si cet annonceur peut, au nom du débat démocratique, s’offrir des publicités à caractère politique, ce qui n'est pas autorisé pour les partis."

Combien l'institut a-t-il payé pour cette campagne ? Le Canard enchaîné s'est posé la question mercredi 28 mars, en révélant que le cabinet d'audit KPMG, partenaire de l'institut Montaigne, partageait l'addition avec l'agence Tidler (qui a nié toute implication). Une addition dont le think tank a refusé de dévoiler le montant. Il faudra donc attendre la parution de leur bilan comptable l'an prochain.

@si s'était déjà penché sur ce think tank : retrouvez l'institut Montaigne et l'agence de communication Tidler dans notre article"Le (faux) nez du patronat dans une émission de LCP?"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.