Immigrés : "Nicolas Le Pen" vu par la presse européenne
Brève

Immigrés : "Nicolas Le Pen" vu par la presse européenne

Le discours de Nicolas Sarkozy sur l'immigration lors du meeting de Villepinte, et la révision annoncées des accords de Schengen, ont marqué les esprits en Europe. Plusieurs articles commentent ce durcissement du candidat-président.

LeWall Street Journal, édition Europe consacre aujourd'hui son éditorial à "Nicolas Le Pen", dont il dénonce la "rhétorique anti-immigrés".

"Le président français Nicolas Sarkozy a intensifié la rhétorique anti-immigrés dans les derniers jours, déclarant la télévision, la semaine dernière que la France a «trop d'étrangers» et proposé de réduire le nombre d'immigrants admis en France de moitié s'il est réélu pour un second mandat. Puis, dimanche, au cours d'un important rassemblement dans un stade près de Paris, il a menacé de suspendre la participation de la France dans le traité de Schengen, l'Europe sans frontières, à moins qu'il ne soit réformé", écrit leWall Street Journal.

Le quotidien juge sévèrement ces appels du pied vers l'électorat de Marine Le Pen : "La véritable tâche du gouvernement français est de s'assurer que les immigrants soient bien assimilés, et de créer des conditions économiques dans lesquelles ils peuvent s'épanouir avec le reste de la France. Il ne fait aucun doute que M. Sarkozy le sait. Mais on peut se demander si M. Sarkozy comprend également que le cynisme qu'il affiche est exactement qui l'a conduit à être dans sa délicate situation politique actuelle."

En Allemagne, le président français est vu par certains quotidiens comme "aux abois" selon le correspondant de BFM TV. Hier, la Suddeutsche Zeitung avait mis à la Une une photo du meeting de Villepinte, avec deux jeunes militants debout écoutant le discours du candidat président.

Le quotidien allemand qualifie les déclarations de Sarkozy de "populistes" : "Il n'est pas sûr que ces slogans aient un effet électoral", juge le journal, en signalant que même au sein de la droite, Sarkozy ne fait pas l'unanimité.

Les politiques allemands sont tout aussi circonspects : "La libre circulation des personnes est l'une des plus grandes et plus concrètes réussite de l'intégration européenne, et représente une liberté fondamentale", a déclaré le porte-parole du gouvernement selon le quotidien. Angela Merkel, qui avait déclaré soutenir Sarkozy dans sa campagne, s'est elle gardée de tout commentaire.



"Buy an European" ("Achetez un Européen") titre Frankfurter Allgemeine, en caricaturant le slogan lancé par Sarkozy dimanche, "Buy European".

L'article en page intérieure est titré "Rendez-vous avec la nation" et le quotidien parle d'un "pathos qui paraît étrange vu d'Allemagne" : "Nicolas Sarkozy se bat désespérément contre sa réputation, celle d'avoir été le président des riches, qui n'a pas tenu ni les promesses ni les objectifs de sa campagne 2007. François Hollande se bat avec son image d'homme qui n'a ni l'expérience de gouvernement ni les qualités. (...) Chacun rend l'autre responsable du piètre niveau du débat."

En Espagne, les médias ont également relevé les critiques contre l'immigration, mais aussi celles portées contre les syndicats.


"Sarkozys e déchaîne contre l'immigration et les syndicats", titrait hier le quotidien conservateur ABC, au lendemain du meeting de Villepinte.

"Après avoir fait l'éloge de la coopération européenne, Nicolas Sarkozy est passé à «l'attaque» sur le plan national, apparaissant comme un candidat réformiste qui utilisera le référendum dans l'avenir, dénonçant les syndicats ou «d'autres corps intermédiaires qui empêchent les réformes». Le nouveau Sarkozy, dénonce la «résistance des syndicats qui stagnent»."

"L'immigration est un problème français, un problème européen a résumé Sarkozy : «C'est un problème de plus en plus grave,. Un Etat ne peut le résoudre seul, l'Europe doit agir de manière plus agressive. Il faut revoir les accord de Schengen. la gestion des flux migratoires ne doit pas être laissée aux technocrates»"

Mais dans un encadré au milieu de la page, ABC remarque que la "diversité" était représentée à Villepinte : "Dans un train réservé aux participants du meeting, une jeune fille musulmane côtoie deux bourgeoises traditionnelles, et un Français d'origine asiatique."

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.