Hollande, bourreau d'enfants
Brève

Hollande, bourreau d'enfants

Enfin, un débat. Un vrai. Les matins se suivent, et ne se ressemblent pas.

Le débat sur la suppression du quotient familial, dont je redoutais hier matin qu'il soit éclipsé par quelques diversions délicieuses, s'est imposé comme co-feuilleton du jour (avec l'offre Free, évidemment) dans les heures suivantes. Et quel débat ! Comme au bon vieux temps, celui d'avant 1981, quand la droite promettait, en cas de victoire de Mitterrand allié aux communistes, les chars russes place de la Concorde. Cette fois, c'est la famille, qui est victime des ogres rouges. Pardon, la Famille (majuscule). Mieux: la Fhhâââmille. Aveugles que nous étions. Nous n'avions pas assez vu, en Hollande, un pernicieux adversaire de la Fhhâââmille. Nous n'avions pas vu, caché dans le dos de Sapin, le grand couteau du boucher assassin des trois petits enfants qui s'en allaient glâner aux champs. Et les canines du vampire Moscovici. Et la rhétorique vicieuse du pervers Cahuzac.

Heureusement, la droite était là, pour dénoncer, la "folie", les "conséquences dramatiques", le "coup de massue", etc d'une suppression du quotient familial. Pensez donc: une réforme à laquelle gagneraient les ménages dont le revenu est inférieur à trois fois le SMIC, et à laquelle perdraient (un peu ou beaucoup) les autres, quelle "folie", en effet ! On est heureux que la droite l'ait, jusqu'à maintenant, épargnée à la France. Sois sage et dors bien, sinon le Grand Méchant Hollande viendra te chercher.

Les choses rentrant dans l'ordre, l'Ogre a mis ses grandes bottes en mode marche arrière dans l'après-midi. Donc, le quotient familial, on ne le supprime plus. On le "modulera". Comment ? Mystère. Modulons, modulons. Quand je dis "marche arrière", ce n'est pas forcément exact. D'une étude approfondie des textes sacrés (discours des primaires, projet, pré-projet, avant-projet, préface et avant-propos des socialistes, sans oublier les notes de bas de page), mes meilleurs confrères n'ont pu déterrer aucun projet de "suppression" explicite du quotient familial. Tout au plus Jérôme Cahuzac avait-il parlé de "remplacement" du quotient familial, par un crédit d'impôt. Si remplacement il y a, il y a bien suppression du remplacé au bénéfice du remplaçant, docteur ? Toujours est-il que le flou hollandien, dans cette affaire, a bien prêté le flanc à une offensive au bazooka de la droite, contre un des rares projets de gauche, jusqu'à présent mis en avant par le PS. C'est inquiétant pour la suite.

Boucher et trois petits enfants
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.