Hadopi rejetée, gros succès sur le Web (LOL)
Brève

Hadopi rejetée, gros succès sur le Web (LOL)

La censure par le Conseil consitutionnel de la principale mesure de la loi Hadopi réjouit de nombreux internautes, qui expriment leur satisfaction avec humour.

Et parmi eux, les internautes de la Quadrature du Net, qui ont combattu cette loi pendant des mois : leur couronne mortuaire "HADOPI RIP LOL" (Laughing out loud, expression idiomatique d'internet, ndlr) a eu beaucoup de succès, notamment sur les sites de presse. Le site Ecrans.fr et 20minutes.fr ont tous deux recensé les meilleures trouvailles pour moquer l'échec de la ministre de la Culture Christine Albanel.

Hadopi RIP LOL Ecrans
Hadopi RIP LOL 20minutes

Parmi ces trouvailles, l'Albatest : Geeknode vous propose de pronostiquer la date à laquelle Chrisitne Albanel quittera son poste : cochez si vous pensez qu'elle va démissionner ou qu'elle va être remerciée et entrez la date que vous pressentez. Vous pouvez gagner un hébergement web.

Sur Twitter, ce réseau de micro-blogging (qu'@si vous explique ici), les internautes se sont déchaînés. "C’est bien la première fois que la censure est applaudie sur Twitter:)", lance unimaru. TF1 rembauchera-t-elle Jérôme B.?", se demande Yannick1974 , qui évoque le cas de Jérôme Bourreau, ce salarié de TF1 viré pour avoir écrit un mail anti-Hadopi à sa députée.

"Même le Figaro dit que Sarko s'est pris une branlée", s'étone nemotaku.

"Conseil Constitutionnel 1 — hadopi 0", s'amuse de son côté l'internaute _nb. Quant au communiqué d'Albanel, où celle-ci se "félicite" de la décision des juges, il donne lieu à beaucoup de moqueries. L'internaute HenryMichel en propose d'ailleurs une traduction simplifiée.

Martin Rogard, patron de Dailymotion, propose ironiquement de comparer ce communiqué de "victoire" avec celui de Renaud Donnedieu de Vabres, prédecesseur de Christine Albanel, rédigé en 2006, après la décision du Conseil Constitutionnel sur la loi DADVSI...

A l'époque, le Conseil constitutionnel, un peu de la même façon, s'était opposé à ce que la loi définisse l'échange de fichiers protégés comme une simple contravention (entre 38 et 150 euros d'amende). Pour les Sages, la qualification de contravention était "contraire au principe d'égalité devant la loi". Ce qui revenait à nouveau à assimiler le téléchargement à des actes de contrefaçon. Pour ces délits, les internautes risquent jusqu'à 3 ans de prison et 300.000 euros d'amende. Dans les faits, le conseil constitutionnel avait donc durci la loi. Elle est toujours en vigueur aujourd'hui, même si elle est rarement appliquée (rareté qui a conduit Albanel à entamer son marathon).

Sur PC-InPact, le dessinateur Snut illustre le long combat (perdu) d'Albanel picto


Snut-Albanel

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.