Financement Balladur 95 : trou de mémoire de Sarko
Brève Vidéo

Financement Balladur 95 : trou de mémoire de Sarko

Pas d'élément concret prouvant un financement frauduleux de la campagne de Balladur en 1995?

C'est ce qu'a affirmé Nicolas Sarkozy hier soir sur TF1 et France 2. Avec un argument massue : "Ça fait bientôt 17 ans. Est-ce que vous imaginez, s'il y avait quoi que ce soit à reprocher à M. Balladur, qu'on ne l'aurait pas trouvé en 17 ans ?"

Et face à Sarkozy, Yves Calvi ne bronche pas picto

Dommage que les Calvi et Jean-Pierre Pernaut n'aient pas rappelé à Sarkozy l'un des éléments, justement, qui ont été trouvés en 17 ans : Roland Dumas, président du Conseil constitutionnel à l'époque, et en charge de valider les comptes de campagne, a reconnu récemment que le Conseil avait validé les comptes frauduleux de Balladur, mais aussi de Jacques Chirac, contre l'avis même des fonctionnaires chargés d'éplucher ces comptes.

Une déclaration explosive que TF1 avait gardé en boîte pendant plusieurs mois avant de la diffuser dans son JT du 23 septembre dernier, après l'avoir "trappé" la veille.

Dumas se justifiait ainsi : si les comptes de campagne de Chirac et Balladur avaient été invalidés, "c'était la République sans tête", car il aurait fallu annuler l'élection présidentielle (c'est faux, les candidats auraient "simplement" dû payer eux-mêmes leur campagne).

Les rapporteurs du Conseil avaient notamment émis des doutes sur l'origine de près 10 millions de francs en liquide versés sur les comptes de campagne de Balladur. Et dans ce même sujet de TF1, un porteur de valises...

picto racontait comment il alimentait en liquide ces mêmes comptes...

Ces informations sur les 10 millions de francs en liquide datent d'avril 2010, les récits détaillés des débats au sein du Conseil constitutionnel, et de l'insistance de Dumas de "ne pas remettre en cause la démocratie" en invalidant les comptes, ont été publiés en octobre et novembre 2010 dans Le Monde et sur Mediapart.

Mais s'il y avait des éléments concrets, 17 ans après, Sarkozy, Calvi et Pernaut le sauraient, bien sûr.

L'occasion de relire notre enquête : "Balladur : les témoignages explosifs dormaient chez TF1 depuis 9 mois", et tout notre dossier sur le karachigate.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.