Fichiers : l'homme qui avait enrôlé Johnny Hallyday
Brève

Fichiers : l'homme qui avait enrôlé Johnny Hallyday

L'homme qui a enrôlé Johnny Hallyday dans le combat contre les fichiers s'appelle Philippe Pichon.

C'est un lanceur d'alerte. Un vrai, bien de chez nous. Il est officier de police, ou plutôt ex-officier de police, puisqu'il a été placé à la retraite d'office, pour raison disciplinaire. Vous ne le savez peut-être pas, le procès ayant été peu médiatisé, mais il était jugé hier à Paris. Quatre mois de prison avec sursis, et mille euros d'amende, ont été requis contre lui.

Ce qui lui est reproché ? Avoir communiqué au site Bakchich les fiches de police de Johnny Hallyday et Djamel Debbouze. ¨Plus précisément, des informations du fichier STIC (système de traitement des infractions constatées), qui rassemble des millions de fiches d'auteurs, et de victimes d'infractions. Avec beaucoup de chance, si vous connaissiez le nom de Philippe Pichon avant de commencer la lecture de cette chronique, vous vous souvenez de ça : ah oui, le policier qui a fait fuiter la fiche de Johnny. Avec encore plus de chance, si vous êtes abonné de longue date à @rrêt sur images, vous vous souvenez aussi que nous avions reçu Philippe Pichon sur le plateau.

Pourquoi a-t-il fait fuiter ces fiches de police ? Pour montrer qu'elles n'étaient pas à jour. STIC a théoriquement le droit de conserver des informations pendant vingt ans. Le fichier de Johnny comportait des mentions anciennes de 41 ans. Voilà ce que Pichon entendait dénoncer (et que ne rappellent pas les maigres compte-rendus de son procès, qui s'empressent en revanche de signaler que Pichon avait aussi consulté, de manière totalement illégale, les fiches de certains de ses proches, eh oui, personne n'est parfait). Au procès, la procureure lui a reproché -outre ces consultations "déplacées", qu'il a reconnues- sa méthode. Il y avait, selon elle, bien d'autres moyens, plus légaux, de dénoncer la gloutonnerie de STIC. Sans doute. Il y a la méthode de la CNIL, par exemple. Année après année, la Commission Nationale Informatique et Libertés dénonce la lenteur de la police à expurger son fichier (elle estimait en 2009 que seulement 17% des fiches étaient exactes). Avouons que c'est médiatiquement moins efficace que d'enrôler Johnny, et d'appâter Google en en faisant le titre d'une chronique. Ce que Philippe Pichon avait parfaitement compris.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.