Fichier : Bertrand cible les fraudes. Mais pas toutes.
Brève

Fichier : Bertrand cible les fraudes. Mais pas toutes.

Comment l'UMP courtise son aile droite.

Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Santé, a annoncé dimanche à l'AFP la mise en place d'"un fichier unique des allocataires sociaux avant la fin de l'année", qui est selon lui "la meilleure façon de renforcer la lutte contre des fraudes sociales". Et d'ajouter : "Je suis tout à fait d'accord avec Thierry Mariani". Le fondateur du collectif "La droite populaire", à l'aile droite de l'UMP, avaient en effet proposé, ce week-end, dans le Journal du dimanche, de créer un tel fichier.

Selon Bertrand, "la création d'un répertoire unique des allocataires sociaux, que l'on peut croiser avec les fichiers existants (au niveau départemental par exemple) est la meilleure façon de renforcer la lutte contre les fraudes sociales. On saura exactement qui touche quoi. On pourra éviter les doublons et on s'apercevra des incohérences de versement" des prestations (indemnités d'arrêts maladie, allocations familiales, RSA...), a-t-il ajouté.

Un rapport publié en juin montrait pourtant que les fraudes aux prestations sociales étaient loin de représenter la majorité des fraudes sociales, comme nous le signalions. Dans ce rapport parlementaire, les fraudes sociales étaient estimées au total à 20 milliards par an, et se répartissaient entre fraudes aux prélèvements (cotisations patronales et salariales non versées en raison du travail au noir), qui représentaient entre 8 et 15,8 milliards, et fraudes aux prestations (indemnités d'arrêts maladie, allocations familiales, RSA etc..), qui représentaient "seulement" 2 à 3 milliards. Les fraudes patronales représentaient donc un montant quatre à cinq fois supérieur à celui des fraudes imputées aux allocataires, que le gouvernement affirme souhaiter ficher.

Le ministre du Travail a insisté sur le fait que la lutte contre les fraudes sociales visait "aussi bien celles sur les prélèvements que sur les prestations". Selon lui, la lutte contre la fraude sur les prélèvements a permis de récupérer en 2010, au profit de l'Urssaf, "un peu plus d'un milliard d'euros, soit 10% de plus que l'année précédente".


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.