"Fadettes" : le SNJ partie civile
Brève

"Fadettes" : le SNJ partie civile

Le syndicat national des journalistes (SNJ), majoritaire dans la profession, souhaite se porter partie civile dans l'affaire des "repérages" téléphoniques, reconnus par Claude Guéant, sur le journaliste du Monde Gérard Davet.

Dans un communiqué, le syndicat salue le fait "qu'une juge d'instruction commence à lever le voile sur cette véritable affaire d'Etat que représente les saisies de «fadettes»" et indique que "bien sûr, le SNJ a l'intention de se porter partie civile aux côtés du Monde et de ses confrères".

Soulignant les menaces qui pèsent sur les journalistes, le SNJ déplore le "bilan de la liberté d'Information sous ce quinquennat": "Rien qu'en 2010, plus d'une dizaine d'affaires très graves qui, toutes visaient des journalistes, sont restées impunies à ce jour : écoutes, saisies de "fadettes", cambriolages, menaces de mort, insultes, diffamations et poursuites en justice chaque fois ce qui était rapporté ne plaisait pas."

Comment travaille Gérard Davet ? Il nous l'explique dans l'émission de la semaine.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.