Face à la violence scolaire, Chatel dégaine ses étranges "éducateurs vigiles"
article

Face à la violence scolaire, Chatel dégaine ses étranges "éducateurs vigiles"

Blousons virils, tutoiement facile : M6 adore les "EMS". Mais à quoi servent-ils vraiment ?

Réservé à nos abonné.e.s
"Je refuse que l'on pose le débat uniquement en termes de moyens : le gouvernement n'a pas taillé à la hache dans les effectifs !" Luc Chatel est très remonté quand les enseignants réclament davantage de surveillants pour contenir la violence scolaire. Les récents actes de violence dans des établissements du Val de Marne - pas forcément symptomatiques d'une augmentation statistique comme l'a indiqué Le Monde - ont relancé le débat sur la baisse des moyens dans l'Education nationale. Quand les enseignants réclament la création de postes de surveillants, Chatel dégaine sa nouvelle arme secrète : les équipes mobiles de sécurité (EMS). Mi-éducateurs, mi-vigiles, ces brigades volantes sont du meilleur effet devant les caméras de M6. Mais à quoi servent-elles exactement ?



Luc Chatel a un discours bien rôdé pour répondre aux inquiétudes liées à la violence scolaire. Nom de code : CPE et EMS. Les conseillers principaux d'éducation gèrent la vie scolaire (absence, retards, relations avec les familles, sanction des incivilités et actes de violence) à l'intérieur des établissements scolaires. Les équipes mobiles de sécurité - créées à la rentrée 2009 - sont censées sécuriser les abords des établissements sensibles pour éviter les bagarres entre bandes et les intrusions dans les établissements.

Selon le ministre de l'éducation, avec les 500...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.