Europe 1 : "Des clics et des claques"...et des critiques
Brève

Europe 1 : "Des clics et des claques"...et des critiques

Décortiquer l'actualité vue d'Internet: c'est le concept de l'émission Des clics et des claques, lancée il y a quelques jours sur Europe 1. "Pas vraiment révolutionnaire",

sur Europe 1. "Pas vraiment révolutionnaire", ironise Libération, guère emballé par cette émission, critiquée par ailleurs pour son équipe très masculine.

Qui dit rentrée radiophonique dit nouvelle grille de programmes, aux concepts plus ou moins originaux. Europe 1 lance ainsi une émission, Des clics et des claques, dont le but est de commenter l'actualité vue par Internet. Libération ironise sur ce nouveau concept.

L'émission repose sur "l’incantation numérique et des mots clés à répétition, avec notamment la phrase magique «On en parle beaucoup sur Internet», qui sied à tous les sujets. […] Et le «buzz-sur-Internet»,bien sûr", raille le quotidien.

Libé assure que sous ces atours pimpants, les chroniqueurs de l'émission prennent des pincettes "comme si, au-delà de son rôle de vernis de modernité, Internet restait un monde lointain peuplé de gens au comportement étrange", écrit Libé.

nouveau media

La nouvelle émission d'Europe 1 essuie ainsi de nouvelles critiques après le communiqué publié par le collectif "La Barbe" à l'encontre de la grille de programme de la station du groupe Lagardère.

nouveau media
S'agissant de l'émission de Guimier, le collectif féministe lui reproche notamment...l'absence de toute femme sur la photo sur laquelle apparaissent les trois présentateurs de l'émission, tous des hommes.

Aux côtés du présentateur Laurent Guimier, qui est aussi le patron des sites d'information de tout le groupe Lagardère (Paris Match et Europe 1 notamment), officient deux figures connues des @sinautes : Guy Birenbaum et David Abiker, qui a commencé sa carrière médiatique dans Arrêt sur images, époque France 5. Une rubrique quotidienne est assurée par le communicant, classé à droite, Emery Doligé. Cette chronique a déjà été critiquée pour son tropisme pro sarkozyste.

Guimier a répondu aux critiques au début de la dernière émission: "Nous avons été accusés, comme d'autres médias les jours précédents, d'être d'affreux machos sur Europe. Nous les hommes, Guy, David et moi nous trustons les micros". La station de radio privée n'est en effet pas la seule a avoir été épinglée pour le peu de place laissé aux femmes dans ses grilles de programme, par exemple par le site Les Nouvelles News. Quant à la photo de l'émission, elle devait être modifiée. "Les photos, on en a refait aujourd'hui, et pas du tout parce que «la Barbe» nous a attaqués, c'était prévu", assure Guimier à l'antenne, avant d'inciter les auditeurs à...donner leur avis. Forcément !

(par David Courbet)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.