Espagne : lourde amende pour diffamation
Brève

Espagne : lourde amende pour diffamation

Federico Jimenez Losantos, journaliste vedette de COPE, la radio conservatrice de l'épiscopat espagnol, répète depuis des années que les attentats islamistes de Madrid (dont les auteurs ont été condamnés) dans les trains le 11 mars 2004 (190 morts plus de 1 200 blessés) sont le résultat d'un complot mené par les socialistes espagnols et une partie de l'appareil d'état.

Sa hargne n'épargne pas non plus les gens de droite, la preuve, mardi 29 juillet 2008, il a été condamné à 100 000 euros de dommages et intérêts pour avoir harcelé sur son antenne, l'ancien directeur du journal ABC, pourtant conservateur lui aussi.

"Nouvelle condamnation judiciaire de Jimenez Losantos pour un délit d'injures" titre l'article du quotidien El Periodico de Aragon.

Sur l'antenne de la radio COPE (Cadena de Ondas Populares de España), une des radios les plus écoutées d'Espagne, Losantos s'en était pris de manière violente et répétitive (une vraie campagne, avec 37 faits relevés en deux ans) à José Antonio Zarzalejos, un ancien directeur du journal ABC qui n'est pourtant pas classé à gauche.

El Periodico de Aragon du 30 juillet 2008 picto

Losantos considère que ce jugement est une grave atteinte à la liberté d'expression et d'information, qu'il est victime d'un complot médiatico-judiciaire.

Il y a quelques mois, Losantos avait été condamné pour avoir insulté et diffamé à répétition, Alberto Ruiz-Gallardon, le maire de Madrid : 36 000 euros.


Ci-desous le site de la radio Cope, avec, à gauche, le portrait de Jimenez Losantos, sous lequel débute un texte évoquant la sentence dans l'affaire Zarzalejos.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.