En Allemagne, l'interview sans réponse du patron de la BNP
Brève

En Allemagne, l'interview sans réponse du patron de la BNP

Une double page, des photos et 28 questions sans réponse.

Ce matin, le HandelsBlatt, quotidien économique allemand très réputé, a publié une interview de Baudouin Prot, patron de la BNP. Enfin, une interview… Les questions, souvent mordantes, du journal sont publiées sans aucune réponse de Prot.

Le quotidien explique que le banquier a reçu ses journalistes il y a quatre semaines, et que les "réponses ont été plusieurs fois retravaillées, et finalement retirées" par la BNP, plus grande banque française. "Représentant d'une élite financière, il a perdu la parole", s'agace le journal, qui exprime son mécontentement par cette initiative qui est, à notre connaissance, une première.

L'interview était acérée. Les questions font sans complaisance le tour de la situation financière de la banque, très exposée à la dette grecque, mais aussi du système bancaire hexagonal, et du pays lui-même. Le grand patron s'est vu demander s'il pouvait "encore dormir tranquille" au vu de la situation des taux d'intérêts et de la santé financière de son entreprise et de ses concurrentes, pourquoi les banques ne se prêtaient plus d'argent entre elles, si la France pourrait garder longtemps sa notation "AAA"…

Interview Baudouin Prot - HandelsBlatt - 12/10/11
 

Manifestement, alors que les marchés ne s'apaisent pas, les stratèges de la banque ont préféré ne pas exposer leur patron. Raté : "Ce bug de communication arrive à un bien mauvais moment, alors que les inquiétudes sur la solidité des banques et que le spectre d’une recapitalisation plane sur certains établissements", souligne sur son blog le journaliste du Monde Stéphane Lauer. Il signale que la banque plaide le malentendu : "«Nous nous sommes mal compris, explique Antoine Sire, directeur de la communication de la banque, jamais nous ne nous sommes opposés à la publication, d’ailleurs, nous allons leur proposer de passer l’interview dans les prochains jours. De plus, nous nous étions entendus avec eux dès le départ pour relire les réponses»"… Une publication dans quelques jours ne permettra sans doute pas de réparer les dégâts.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.