Elus condamnés pour agressions sexuelles : pourquoi la presse s'en fiche
enquête

Elus condamnés pour agressions sexuelles : pourquoi la presse s'en fiche

Mais ça pourrait bien changer

Réservé à nos abonné.e.s
Comment évoquer des faits de harcèlement sexuel par des politiques, lorsqu'aucune plainte n'est déposée ? C'est l'objection opposée par de nombreux journalistes, aux reproches d'omerta, qui se multiplient depuis l'arrestation de DSK (voir le débat à ce propos dans notre émission de cette semaine). Mais même de longues procédures judiciaires ne suffisent pas à percer le mur d'indifférence des médias, comme le montre l'affaire Jacques Mahéas, sénateur socialiste de Seine Saint-Denis et maire de Neuilly sur Marne, condamné définitivement pour agression sexuelle en 2010 par la Cour de cassation, et dont le cas n'a pas donné matière à une seule ligne dans la presse nationale.

Contactés par @si, les responsables de la rubrique justice de plusieurs journaux admettent n'avoir jamais eu vent de l'affaire. Tout en pronostiquant, pour certains, un retournement radical, et une "sur-médiatisation" dans les prochaines semaines.

Mediapart

C'est l'autre affaire d'agression sexuelle qui a embarrassé le PS - mais tellement moins ! L'affaire est racontée en avril dernier par Mediapart. Les faits remontent à 2002 : la gardienne de la mairie de Neuilly-sur-Marne porte plainte contre le sénateur-maire, Jacques Mahéas. Selon la plaignante, le maire profitait des rondes qu'elle effectuait en fin de journée pour l'embrasser de force et lui toucher les fesses et les seins, le so...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.