Elkabbach et Péchenard, ou l'art de la fausse provocation
article

Elkabbach et Péchenard, ou l'art de la fausse provocation

Réservé à nos abonné.e.s
Comment éviter soigneusement toute question gênante à son interviewé, tout en lui tendant de grosses perches faussement provocatrices ? Exemple criant ce matin sur Europe 1 avec le dialogue entre Jean-Pierre Elkabbach et Frédéric Péchenard, le directeur général de la police nationale (DGPN).

L'invité souligne pendant de longues minutes la posture paradoxale dans laquelle se trouvent la police depuis que le gouvernement a décidé de hausser le ton sur la "menace terroriste" qui pèserait sur la France. Sans être interrompu, Péchenard a tout loisir d'insister sur le "un pic de menace incontestable, à l'heure où je vous parle". Il affirme notamment disposer "d'indications sérieuses émanant de renseignement fiables" sur une menace d’attentat sur le territoire, allant jusqu'à parler d'un possible attentat à l'indicatif et au futur, en oubliant le conditionnel, comme l'a relevé Guy Birenbaum sur son blog : "Donc ce sera probablement,...

Il vous reste 88% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Avant Bouygues, d'autres faux morts au tableau de chasse des medias français

De Mérimée à Sevran, en passant par Trénet, Monica Vitti, le petit Louis, etc

Elkabbach (enfin) dégagé de la matinale d'Europe 1

Une longue carrière de connivence avec les dirigeants politiques

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.