DSK, le sexe et les médias : le tabou qui ne pouvait pas sauter
article

DSK, le sexe et les médias : le tabou qui ne pouvait pas sauter

Photos compromettantes et boite échangiste, comment en parler sans en parler

Réservé à nos abonné.e.s
Comment rester élégant et ne pas être attaqué en justice, tout en évoquant des sujets graveleux qui relèvent de la vie privée ? C'est le dilemme des journalistes dès qu'il s'agit de parler de la vie sexuelle des politiques. Et de celle de Dominique Strauss-Kahn en particulier.

Depuis des années, rumeurs et sous-entendus circulaient parmi les journalistes et dans la presse sur la sexualité débridée (légale, et entre personnes consentantes) de DSK. Et pour en parler sans en parler, toute la boite à outils du journaliste a été mise à contribution: utilisation du off ("surtout, vous ne me citez pas"), usage des synonymes ("partouzer" devient "dîner dans un club échangiste"), récits énigmatiques qui racontent des scènes sans donner les noms (tout en faisant courir le bruit), et menaces de sortir des "dossiers" (sans que l'on sache comment s'appelle Mademoiselle Dossier).

 Si les faits rapportés de ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

DSK/Carlton : comment naît une théorie du complot

Sarkozy, des "écoutes secrètes" et la rumeur d'une clé USB

Dossier DSK, la chute

DSK : de la sodomie à la relaxe

Ces scandales médiatiques qui se dégonflent au tribunal (2)

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.