Derrière PPDA, la décadence de l'édition
Brève

Derrière PPDA, la décadence de l'édition

Ce n'est pas pour me vanter, mais personnellement, si j'étais édité chez Flammarion
PPDA Hemingway

(maison mère d'Arthaud, l'éditeur de PPDA), je serais plutôt inquiet. Une maison capable de fabriquer un livre avec "une version de travail provisoire", mes notes de lecture, mes listes de courses, mes relevés EDF, de me le faire dédicacer dans un état second, de l'envoyer à des dizaines de journalistes féroces, avant de réaliser qu'il ne s'agissait pas du bon fichier ! Ah, le mouvement de panique qui doit gagner ce matin tous les auteurs Flammarion, se précipitant sur leurs oeuvres, en se demandant s'il s'agit bien de la bonne version !

 On en rit, mais PPDA, ce n'est pas seulement PPDA. Derrière PPDA, la vraie pauvre victime de l'affaire Hemingway, c'est le livre. Que le nègre de l'ex-présentateur se soit débarrassé au plus vite d'une corvée, en quasi-recopiant cent pages d'un livre précédent, serait un simple fait-divers. Mais comme les grands faits-divers, celui-ci dévoile brutalement tout un pan de la société. Que Flammarion n'annule pas immédiatement la sortie du livre, et bricole une défense abracadabrante, en dit long sur le niveau de décadence de l'édition française. Et de courage: dans ce domaine, il faudra attribuer un prix spécial à la patronne de la maison, la papesse Teresa Cremisi, qui a envoyé au feu la malheureuse éditrice de l'ex-star, une certaine Noëlle Meimaroglou, dont on pouvait savourer dans Le Monde l'habileté rhétorique (nous vous le racontions hier).

Ce que révèle l'attitude de Flammarion, c'est la froide logique de l'alliance médias-édition, dont le cynisme n'a pas grand chose à envier à celui des politiques. Peu importe le livre, le système commande. Ce système infernal: ex-vedette de la télé = nombreuses invitations garanties sur les plateaux = buzz autour de la maison d'édition = ventes pas forcément mirobolantes, mais en tout cas minimales. Les victimes ? Les lecteurs trompés. Tous les auteurs inconnus à qui PPDA vole l'espace qu'il occupe indûment sur les plateaux de télé, dans les circuits de fabrication et de distribution, sur les tables des librairies, dans les pages des journaux qui (rassurez-vous, il y en aura) feront la recension de son livre comme si de rien n'était, avec quelques lignes délicieusement acides sur la mésaventure de la vedette. Plus que jamais, il serait bienvenu de tenter d'inventer autre chose.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.