DCRI/Wikipedia : des députés interrogent Valls
Brève

DCRI/Wikipedia : des députés interrogent Valls

Trois députés, deux PS et un de l'opposition, demandent des explications au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls à la suite des interventions de laDirection centrale du renseignement intérieur (DCRI) pour tenter de faire supprimer une page Wikipedia consacrée à une station radio militaire. Un administrateur de Wikimedia avait notamment été menacé d'un placement en garde à vue.

Le député de la Nièvre, le socialiste Christian Paul écrit que "La démarche de la DCRI a été considérée comme une tentative de censure et a provoqué un large écho international." Il demande donc au ministre de l’Intérieur "sur quelles bases légales la DCRI a agi, et si le cadre légal doit être précisé à l’avenir. Le député s’inquiète, enfin, que des procédures similaires soient engagées contre d’autres bénévoles participant à d’autres projets collaboratifs en ligne, sous le seul prétexte qu’ils en sont contributeurs."

Paul

ZDNet.fr signale que Marie-Anne Chapdelaine, député de l'Ile-et-Vilaine, a, elle aussi posé une question à Valls, question publiée au Journal Officiel du 16 avril : "La fondation Wikimedia lorsque les demandes de retraits sont juridiquement et clairement motivées examine et coopère afin qu'elles soient traitées. En tout état de cause, la première requête ne l'étant pas, la publication a été maintenue. Les menaces à l'encontre de l'administrateur bénévole (il avait été menacé d'être placé en garde à vue, NDR), ainsi que la démarche des agents à l'initiative de ces pressions nécessitent une réponse claire du Gouvernement et en particulier du ministère de l'intérieur afin que soit respecté l'État de droit et la liberté d'information".

Troisième question, plus courte, celle du député UMP de Haute Savoie, Lionel Tardy qui souligne que cette "tentative, réalisée en dehors de toutes les règles légales pour le retrait de contenus en ligne, a eu un effet inverse à celui qui était recherché, montrant ainsi une méconnaissance, de la part de la DCRI, des usages numériques et du fonctionnement de l'encyclopédie en ligne Wikipédia. Il souhaite connaître les leçons qu'il tire de cet incident, et ce qu'il compte mettre en œuvre pour que de tels incidents, regrettables pour tout le monde, ne se reproduisent pas à l'avenir."

Le ministre de l'Intérieur a deux mois pour répondre aux questions des députés.

Par ailleurs, le sous-officier qui avait répondu aux questions d'une télé locale sur cette station dans un reportage, contenant des informations utilisées par Wikipedia, fait l'objet d'une enquête.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.