Canular Kate : les animateurs pleurent à la TV
Brève

Canular Kate : les animateurs pleurent à la TV

Après le décès de l'infirmière britannique dupée par un canular d'une radio de Sydney, le ton change en Australie : les animateurs ont été suspendus et pleurent sur les plateaux de télévision en évoquant la défunte. Mais la presse australienne critique toujours la "chasse aux sorcières" lancée, selon elle, contre les animateurs par la presse britannique.

Leur direction avait d'abord défendu le principe du canular. Mais elle vient de changer d'avis en supprimant l'émission de 2Day FM animée par Michael Christian et Mel Greig, qui s'étaient fait passer pour la reine Elisabeth et son fils Charles. Elle les a en outre suspendus pour une durée indéfinie.

Du coup, les deux animateurs sont sortis de leur retraite pour venir exprimer leur émotion à la suite du décès de l'infirmière britannique qui avait transmis leur appel à l'infirmière de Kate, épouse du prince William.

La présentatrice de l'émission australienne Today Tonight sur Channel 7 Network commence par demander aux deux "héros" s'ils sont "émotionnellement en état de répondre aux questions".

La jeune Greig explique que sa première question concernant la défunte fut "avait-elle des enfants ?" avant, mouchoir à la main, de se mettre à pleurer comme son collègue.

Sur le compte Twitter de l'émission, la chaîne fait bien sûr la promotion de ce programme : "Retenant leurs larmes, les animateurs de la radio 2DayFM au centre de la tragédie du canular royal sortent de leur silence."

Mais les pleurs de Christian sont visiblement simulés. Sur Twitter, un spectateur écrit : "Michael Christian fait semblant de pleurer, cela détruit l'interview" tandis qu'un autre souligne que leurs propos sonnent faux et font partie d'une opération de relations publiques organisée par une agence de communication.

Après la presse britannique dimanche, la défunte à la Une de la presse australienne ce lundi.

Le Daily Telegraph la montre avec ses deux enfants, en expliquant que "le duo des animateurs, fragiles, a été mis à l'abri des retombées".

Le Sydney Morning Herald est plus clair : "Réunion de crise à propos du canular tragique" en citant un porte-parole du groupe propriétaire de la radio fautive, victime d'un mouvement de boycott des annonceurs. Le groupe a décidé d'interrompre la diffusion de toute publicité pendant une semaine, et de suspendre les animateurs.

Sur une colonne, à droite de la Une, un chroniqueur commence par qualifier le canular de "stupide" avant de s'en prendre à la chasse aux sorcières pratiquée, selon lui, par la presse britannique. Puis il critique sévèrement le directeur de l'hôpital qui a protesté auprès de la radio, en lui conseillant plutôt de revoir ses procédures de sécurité et de confidentialité pour éviter que des informations médicales concernant une patiente aussi célèbre soient communiquées sans aucune vérification, de manière irresponsable.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.