Hervau Hufnagel
observatoire du par

L'avenir de Libé dans le flou : le n°2 Hufnagel rejoint une start up video

Un projet dirigé par un ex-collaborateur de Macron

Les rumeurs couraient, elles ont été confirmées : Johan Hufnagel, quitte Libération, au sein duquel il occupait depuis trois ans le poste de directeur des éditions. Il rejoint le projet média "Loopsider", lancé notamment par Bernard Mourad, ancien directeur général de SFR Presse, auquel appartient Libération, et ancien conseiller d'Emmanuel Macron lors de la campagne. Les salariés de Libération dénoncent dans un communiqué un projet de la direction "en décalage complet avec les attentes de l'équipe". La direction a refusé la parution de ce communiqué dans les éditions du journal.

C'est désormais officiel : Johan Hufnagel quitte Libération. Le directeur des éditions du quotidien a annoncé son départ dans moins d'un mois lors d'une conférence de rédaction ce 18 octobre, après trois ans à ce poste. Il rejoint le projet de média vidéo "Loopsider", dont il n'était officiellement que conseiller jusque là. Sur Twitter, plusieurs journalistes de Libération ont commenté avec ironie cette réunion, à coups notamment de GIFs reprenant le mot "digital" (numérique, en français) -à noter que le numérique est le domaine de prédilection de Hufnagel (il avait notamment expliqué aux Inrocks à son arrivée à Libé que "le papier [n'était] plus la priorité de Libération").

Jérôme Balazard, journaliste à Libération

L'ambiance, pourtant, n'est pas vraiment à la rigolade dans les couloirs de Libé. Le départ de Hufnagel, sur lequel des rumeurs couraient depuis plusieurs semaines, intervient alors que les salariés s'inquiètent de l'avenir, à l'exemple du 9 octobre dernier, lors d'une assemblée générale des salariés de Libération convoquée par les élus du personnel. Contacté par @si, le journaliste et secrétaire du comité d’entreprise du quotidien Willy Le Devin déplorait ce jour-là : "Lors du rachat [par le milliardaire Patrick Drahi, ndlr], on nous a expliqué que l’avantage d’intégrer un grand groupe c’était d’avoir une capacité de développement. Trois ans plus tard on en sait toujours aussi peu sur le plan d’investissement des dirigeants d’Altice pour Libé".

S'ajoute...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

L'avenir de Libé dans le flou : le n°2 Hufnagel rejoint une start up video

"Tout panier de crabes appelle sa mayonnaise". (Là-haut Tssssss)

Par philv76
le 19/10/2017
Tous les forums >