Pubs et représentations sexistes, évidemment. Mais pas seulement. Sur les plateaux d'experts, dans les colonnes des journaux, la parité est loin d'être atteinte. Le sexisme médiatique, traqué jusque dans ses retranchements les plus insoupçonnables.

Publié le 29/06/2011  Alimenté le 19/11/2017
nouveau media
observatoire du par

Un employé de Google viré suite à la fuite d'une note interne dans la presse

"Inquisition féministe" ou vrai sexisme ? Les medias balancent

Mots-clés : google, James Damore

Un mémo interne à Google a fuité samedi 5 août. Son auteur, un ingénieur informatique, remet en cause les programmes de diversité de genre et raciale, en soutenant qu'ils sont injustes et économiquement non profitables, dans la mesure où les inégalités de représentation dans l'entreprise s'expliqueraient partiellement par des différences "biologiques" irréductibles. Publié en intégralité par un site américain, le mémo a valu à son auteur d'être licencié par Google, le 8. Dans la presse américaine et française, le débat fait rage : chasse aux sorcières du géant de l'informatique, voire "inquisition féministe" (Le Figaro), ou vrai sexisme?

Lorsque James Damore, ingénieur informatique au campus de Google, en Californie, a rédigé un mémo de dix pages soutenant que les programmes de discrimination positive de l'entreprise sont injustes et inefficaces - au motif qu'ils ne prennent pas en compte les différences "biologiques" entre hommes et femmes - il n'imaginait sans doute pas qu'il allait provoquer un débat sanglant dans la presse, et perdre son emploi. Et pourtant : après que le mémo a largement tourné au sein de l'entreprise, et que le site Gizmodo en ait publié l'intégralité (sans les liens et les graphiques), James Damore a été, le 8 août, licencié par l'entreprise. Celle-ci juge que le mémo, et en particulier certaines des positions défendues par le texte violent les principes de sa charte.

Que contient vraiment ce mémo ? Rédigé dans un langage prudent et désincarné, caractéristique des publications scientifiques anglo-saxonnes, le mémo critique "une chambre d'écho", au sein de Google, "dans laquelle certaines idées sont trop sacrées pour être honnêtement discutées". Ces idées, plus précisément, seraient en réalité des faits : les programmes de discrimination positive à l'égard des femmes et des minorités raciales pour permettre d'améliorer la représentativité dans l'entreprise. Damore conteste l'efficacité et la moralité de ces programmes, dans la mesure où ils passeraient à côté des véritables raisons de l'absence de parité chez Google : des différences "biologiques", ou du moins scientifiquement...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Dans les romans primés de la rentrée, où sont donc les personnages de femmes ?

Seuls deux romans sur huit passent le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 19/11/2017 par Capucine Truong

Sept prix littéraires. Huit hommes (blancs, de surcroît). Sans conteste, le palmarès des prix littéraires 2017 n'est pas très divers. Est-il sexiste pour autant? Faute de pouvoir répondre à la question (pour cela, il faudrait se glisser dans la tête des jurés), nous avons voulu savoir, dans...

nouveau media

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

chronique publié(e) le 09/11/2017 chez André Gunthert

Balance ton porc, un débat sans images ? Oui. Et cette absence signale le caractère inédit de la controverse : aucun stock de caricatures n'était disponible. A une exception près : le recours à l'archive cinématographique, pour documenter la culture du viol. Après notre émission sur le ...

nouveau media

Le masculin ne l'emportera plus sur le féminin : merci Weinstein !

chronique publié(e) le 07/11/2017 chez les matinautes

Enfin une initiative. Retenez bien ce chiffre : ils sont 314. Je devrais dire, ils et elles. Ils et elles sont 314 profs et proffes, qui déclarent ce matin qu'ils n'enseigneront plus, dans leurs classes, la règle grammaticale selon laquelle "le masculin l'emporte sur le féminin". C'est un peu ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

D'un site comme @si, j'attends qu'il montre pourquoi les nouveaux détracteurs de "L'Empire contre-attaque" ne le présentent ...

Par nicco
le 09/11/2017

Sexisme : Pompili raconte sa photo "humiliante" de Libé

Soulagée, qu'il y ait une suite au vite-dit de mercredi. Entre la photo de la poupée Barbie (dixit AK en 2012), et l'...

Par Anne Reynaud
le 22/05/2016

Pourquoi si peu de femmes sur le plateau d'@si ?

en tous cas, si vous pouviez éviter de ré-inviter Elisabeth Levy, ça serait gentil. Merci!

Par stephanie
le 13/12/2011
Tous les forums >