nouveau media
enquête du par

L'agence de presse AP en Corée du Nord : un pacte avec le diable ?

Informer en dictature, épisode 3

Mots-clés : AP, Corée du Nord

L'agence américaine Associated Press a ouvert un "bureau" à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, en 2012. Dans ce pays opaque, AP affirme pouvoir produire une information indépendante. Pourtant, un journaliste d'investigation indépendant l'accuse d'avoir passé un accord très problématique avec le gouvernement nord-coréen et son agence de propagande, KCNA. AP s'est-elle vraiment compromise avec le régime nord-coréen, comme avec l'Allemagne nazie il y a soixante-dix ans? Troisième volet de notre enquête sur l'information en régime autoritaire.

Nous sommes en 2012. Tom Curley, le PDG et directeur de l'agence de presse américaine Associated Press, et une "délégation des plus grands éditeurs d'AP" sont reçus par le gouvernement nord-coréen, à Pyongyang, en grande pompe. AP va ouvrir un "bureau" à Pyongyang. "Le premier organe de presse international, présent à temps plein pour couvrir l'information depuis la Corée du Nord, en mots, photographies et vidéos", se vante Curley avant la cérémonie d'inauguration.

AP a dû négocier pendant près d'un an pour obtenir l'autorisation du régime, classé à l'avant dernier rang des pays respectant la liberté de la presse. Le jeu en vaut la chandelle : la dictature nord-coréenne est une prolifique productrice d'impressionnantes images, notamment militaires, dont la presse internationale est friande, qui adore zoomer sur ce repoussoir (voir notre dossier). Pour AP, c'est aussi une manière de s'implanter un peu mieux dans le pays, barricadé dans ses frontières, et d'élargir le profitable bureau vidéo installé dans le pays depuis 2006.

Aux côtés de Curley, prenant la pose face aux caméras et aux appareils photo, le directeur de l'agence étatique de propagande du pays, la Korean Central News Agency (KCNA), Kim Pyong Ho. Celui-ci remarque : "Je crois que la raison pour laquelle nous sommes en mesure de conduire tous ces projets en moins d'un an, est le fait que Thomas Curley et les autres membres d'AP ont promis de couvrir la République Démocratique et Populaire de Corée avec...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

L'agence de presse AP en Corée du Nord : un pacte avec le diable ?

"Si AP disait simplement : écoutez, ça marche différemment là-bas et nous ne pouvons garantir l'indépendance des ...

Par constant gardener
le 26/07/2017
Tous les forums >