Pubs et représentations sexistes, évidemment. Mais pas seulement. Sur les plateaux d'experts, dans les colonnes des journaux, la parité est loin d'être atteinte. Le sexisme médiatique, traqué jusque dans ses retranchements les plus insoupçonnables.

Publié le 29/06/2011  Alimenté le 19/11/2017
observatoire du par

Féminisation des noms : l'Académie tranche (mollement)

Il faut dire "Madame le président", sauf si elle est contre

Sensation sur les bancs de l'Assemblée, où le député UMP Julien Aubert a écopé d'une amende, pour avoir cru bon, le 6 octobre, d'appeler "Madame le président" la présidente de séance Sandrine Mazetier, qui souhaite qu'on l'appelle "Madame la présidente". Du coup, l'Académie française, invoquée par les défenseurs d'Aubert, a tenu à rappeler sa position : la règle de principe est de dire "Madame le président", mais la principale intéressée peut s'y opposer.

Oui, on peut dire "Madame le président"... mais il faut demander la permission. La "mise au point" de l’Académie française, même sur un sujet aussi précis que la féminisation d’un titre officiel, ressemble davantage à un essai sur la langue française qu’à une brève clarification. Suite à un incident de séance, survenu le 6 octobre dernier à propos de l'expression "Madame le président", l’institution a tenu à s'exprimer. Et pour elle, si la formulation "Madame le président" est bien correcte, la personne concernée a le droit de demander à être appelée "Madame la présidente".

En cause, le rappel à l’ordre du député UMP Julien Aubert, qui s’était adressé à la députée PS et présidente de séance Sandrine Mazetier, sous la forme masculine, "Madame le président", malgré les protestations de celle-ci. "J'applique les règles de l'Académie française !", se défendait l'élu du Vaucluse.

La passe d'armes faisait écho à un autre affrontement entre les deux députés, en janvier 2014, dans lequel Mazetier avait fini par appeler Aubert "Monsieur la députée" face à l’obstination du député.

Julien Aubert s'était ensuite plaint de "gestes aggressifs" de la part de "la présidence"

"En français «la présidente» désigne la femme du président"

Cette fois, le député UMP a écopé d’une amende suite à son rappel à l’ordre. Il a été privé du quart de l'indemnité parlementaire allouée aux députés, soit quelque 1 300 euros. Dès le lendemain, quelques 139 députés UMP, menés par Christian Jacob,...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Dans les romans primés de la rentrée, où sont donc les personnages de femmes ?

Seuls deux romans sur huit passent le test de Bechdel

observatoire publié(e) le 19/11/2017 par Capucine Truong

Sept prix littéraires. Huit hommes (blancs, de surcroît). Sans conteste, le palmarès des prix littéraires 2017 n'est pas très divers. Est-il sexiste pour autant? Faute de pouvoir répondre à la question (pour cela, il faudrait se glisser dans la tête des jurés), nous avons voulu savoir, dans...

nouveau media

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

chronique publié(e) le 09/11/2017 chez André Gunthert

Balance ton porc, un débat sans images ? Oui. Et cette absence signale le caractère inédit de la controverse : aucun stock de caricatures n'était disponible. A une exception près : le recours à l'archive cinématographique, pour documenter la culture du viol. Après notre émission sur le ...

nouveau media

Le masculin ne l'emportera plus sur le féminin : merci Weinstein !

chronique publié(e) le 07/11/2017 chez les matinautes

Enfin une initiative. Retenez bien ce chiffre : ils sont 314. Je devrais dire, ils et elles. Ils et elles sont 314 profs et proffes, qui déclarent ce matin qu'ils n'enseigneront plus, dans leurs classes, la règle grammaticale selon laquelle "le masculin l'emporte sur le féminin". C'est un peu ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Culture du viol : oui, il faut avaler la pilule rouge de Matrix !

D'un site comme @si, j'attends qu'il montre pourquoi les nouveaux détracteurs de "L'Empire contre-attaque" ne le présentent ...

Par nicco
le 09/11/2017

Laurent Baffie soulève la jupe de Nolwenn Leroy : le CSA ouvre une enquête

Cet article d'@si est consternant. Il ne s'agit évidemment pas ici d'une agression sexuelle. D'abord parce que le mot ...

Par Julot Iglésias
le 25/09/2017

Pourquoi si peu de femmes sur le plateau d'@si ?

en tous cas, si vous pouviez éviter de ré-inviter Elisabeth Levy, ça serait gentil. Merci!

Par stephanie
le 13/12/2011
Tous les forums >