Des plantes vertes ou des boulons renversés, des téléphones jetés à terre: ces actes de violence symboliques, commis par des ouvriers menacés de chômage, sont les seules représentations médiatiques "grand public" du monde ouvrier, par ailleurs condamné à l'invisibilité.

Publié le 23/01/2013  Alimenté le 22/10/2017
enquête du par

L'étrange documentaire à charge de France 5 sur la SNCF

Pourquoi la chaîne a transformé un conducteur en contrôleur

Pourquoi diable les conducteurs de la SNCF s'habillent-ils comme des contrôleurs dans un documentaire, à charge, diffusé cette semaine sur France 5 et intitulé "SNCF : quand le service public déraille" ? Cette question, posée par un cheminot sur sa page Facebook, a attiré notre attention. Et la réponse met en lumière deux choses : la curieuse mise en scène d'un témoignage, où l'interviewé n'est pas celui qui est présenté à l'écran, et l'attitude de la SNCF, franchement hostile au projet.

"Le problème, c'est qu'il n'existe qu'une seule offre, celle de la SNCF". Quand un service public (France Télévisions) s'attaque à un autre service public (la SNCF), il ne fait pas semblant. Dans un documentaire de 53 minutes diffusé mardi 7 octobre dans l'émission "Le monde en face", Mélanie Van Der Ende questionne le monopole de la SNCF, vieux de 80 ans, et qui pourrait être soumis à rude concurrence en 2019 lorsque le transport des voyageurs sera ouvert à de nouveaux opérateurs. Les tarifs incompréhensibles, les retards chroniques, le réseau vieillissant, les incidents techniques et la grogne des cheminots : voilà un programme que Guillaume Pépy, directeur de la SNCF, aurait eu tort de louper.

En attendant de savoir ce qu'en a pensé le patron, une chose est sûre : tous les cheminots n'ont pas apprécié. L'un d'entre eux, Sylvain Bouard, agent de circulation depuis 5 ans et demi, blogueur à ses heures perdues, et invité d'@si voici quelques mois, a attiré notre attention sur Twitter puis sur Facebook. Une séquence, reprise sur le blog de Morandini, l'a intrigué : celle d'un conducteur de train de la SNCF qui estime ne travailler que "50% de son temps".

Que voit-on dans cette séquence ? Un cheminot, présenté en voix off comme un conducteur, qui révèle passer la moitié de son temps de travail "assis dans des wagons". Et ce n'est pas tout ! Voilà que le conducteur en question, dont on ne voit que les jambes, révèle que la SNCF affréterait régulièrement des taxis pour que...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

Entrepôts automatisés à la télé : "manière d'invisibiliser les ouvriers"

@rrêt sur images publié(e) le 22/10/2017 par la rédaction

Le travail va disparaître avec l'automatisation. On entend partout cette petite musique (y compris, la semaine dernière, sur notre plateau). Et cela concernerait aussi les entrepôts : la preuve, Leclerc en a inauguré un entièrement automatisé à Châlons-en-Champagne, qu'on aperçoit dans Un ...

nouveau media

Avant Macron à Whirlpool, Jospin face à l'ouvrier de Lu

Politiques et ouvriers licenciés : rencontres à haut risque

souvenirs souvenirs publié(e) le 28/04/2017 par Capucine Truong

De même qu'avant Whirlpool, il y a eu Goodyear, Arcelor-Mittal, Michelin, (en tout, rien moins que 887 usines fermées depuis 2012), avant Macron, il y a eu Jospin et François Hollande. Eux aussi ont eu affaire à une foule d'ouvriers en colère contre la fermeture de leur usine, face aux caméras...

nouveau media

Mélenchon en 2002 : "on vient de se prendre une planche sur la tête, et vous voudriez..."

Ouvriers invisibles à la télé : notre émission de l'après 21 avril.

arrêt sur images, émission publié(e) le 27/04/2017 par la rédaction

Trois semaines après le "coup de tonnerre" du 21 avril 2002, nous recevions Jean-Luc Mélenchon, à l'époque ancien ministre de la Formation professionnelle du gouvernement Jospin. Le sujet : pourquoi les ouvriers sont-ils invisibles à la télé ? Avant notre débat proprement dit, Mélenchon, à...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Un autre indigné

Il y a les indignés consensuels et les autres…. Les indignés qui indignent les médias : les Norbert Gilmez, les Mikaël Wamen...

Par hoteldunord51
le 28/02/2013

"Les ouvriers d'aujourd'hui ne sont plus ceux de 1981"

J'ai toujours voté à gauche ! Je me suis toujours intéressé à la politique, l'économie Je suis diplômé de niveau Bac +5 en...

Par laloute28
le 12/07/2011

Mélenchon, Drucker, et les violences

Pas d'accord avec votre analyse Daniel. D'abord on oublie un élément important dans cette histoire, c'est que la "violence...

Par Theoven
le 11/10/2010
Tous les forums >