observatoire du par

DSK : le dialogue crypté d'Elisabeth Badinter et Hélène Jouan

@si fournit les sous-titres

La saison 2 de l'affaire DSK recèle déjà quelques pépites. Ce mercredi 6 juillet, la philosophe Elisabeth Badinter, qui ne s'était pas encore exprimée jusqu'à présent, a poussé un coup de gueule sur France Inter. Elle s'en est pris à celles et ceux qui ont condamné DSK un peu vite en bafouant la "présomption d'innocence", ou qui se sont servis de cette "injustice" potentielle pour lancer des débats sur le viol ou le machisme.Pour Badinter, il n'y avait qu'une attitude convenable à avoir dans cette affaire: se taire. Et elle n'en pas démordu pendant les 7 minutes de l'interview d'Inter, balayant systématiquement toutes les questions de la journaliste Hélène Jouan, qui tentait de lui faire dire que cette affaire avait aussi fait avancer certaines questions sur l'état de la société en France. Vrai dialogue de sourds entre la philosophe et la journaliste, auquel les arrière-pensées ne manquaient pas. Mais pour comprendre les sous-titres, il fallait se souvenir de la saison 1, et notamment des attaques contre... Robert Badinter.

On ne l'avait encore jamais entendue sur l'affaire DSK. La philosophe féministe Elisabeth Badinter était interrogée ce matin par l'ex-directrice de la rédaction de France Inter, Hélène Jouan. Elle a expliqué qu'elle n'avait pas voulu s'exprimer jusqu'à présent, contrairement à de nombreuses féministes françaises, tout simplement parce que le silence "était la seule attitude convenable" : "C'était prématuré de tenir des propos définitifs", sur DSK ou la plaignante, a-t-elle assuré.

Evidemment, aujourd'hui, on n'en sait guère plus sur le fond de l'affaire. Mais depuis le rebondissement de la saison 2, la parole de Nafissatou Diallo est fragilisée. C'est donc l'occasion choisie par Badinter pour pousser un coup de gueule : "Depuis que nous avons des doutes, est-ce qu'il n'aurait pas été convenable de la part de ceux et celles qui ont crié le plus fort d'avoir un mot de regret ?", s'est-elle interrogée. Jouan tente d'expliquer que les féministes en ont profité pour évoquer des sujets comme le viol ou le machisme, rien n'y fait : "Je trouve ça obscène, rétorque Badinter. On ne se sert pas d'une possible injustice pour faire avancer une cause".

La journaliste insiste :"Il y a quand même des choses qui se sont dites, notamment dans les milieux de pouvoir, sur un pouvoir machiste, masculin, une domination masculine qui ne s'était jamais dites aussi clairement." Mais là encore, Badinter n'est pas du tout d'accord.

Visiblement très remontée, la philosophe en a gros sur...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

DSK : le dialogue crypté d'Elisabeth Badinter et Hélène Jouan

Bah, y a pas à aller chercher bien loin. Prenez le temps de relire les chroniques publiées sur ce site, et leurs forums, vous...

Par cécile clozel
le 06/07/2011
Tous les forums >