Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Devedjian : les Sarkozy m'ont fait battre (Le Monde)

Par le - 17h53 - lu

Des appels téléphoniques pour faire pression sur les militants, un étrange système de votes : dans Le Monde (article payant), Patrick Devedjian règle ses comptes avec les Sarkozy père et fils. Ils ont selon lui mené campagne pour sa défaite à la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine. Ambiance Sarkozistan garantie !

L'ex-ministre de la relance (viré du gouvernement lors du remaniement de dimanche) raconte: "le 15 octobre, j'ai été convoqué en urgence par Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Il s'est ému que cinq candidats se présentent contre son fils Jean aux élections internes de l'UMP à Neuilly. Il m'en a rendu responsable. J'ai dit que c'était faux. Il ne m'a pas cru et, très mécontent, m'a dit que j'aurais bientôt "une surprise".

Devedjian continue: "quelques temps après, j'ai appris qu'Olivier Biancarelli, attaché parlementaire de l'Elysée, et Eric Cesari, directeur général de l'UMP, téléphonaient aux principaux responsables politiques des Hauts-de-Seine pour leur dire de voter pour Jean-Jacques Guillet (le député-maire de Chaville) qui venait de se déclarer candidat contre moi à la présidence de la fédération."

Cette campagne incitant les responsables politiques à ne pas voter pour Devedjian se poursuit jusqu'à sa défaite du lundi 15 novembre. Devedjian obtient 180 voix et Jean-Jacques Guillet avec 319 voix remporte le scrutin. L'ancien ministre évoque une "campagne orchestrée" et s'attaque notamment au couple d'élus de Levallois et proches du président, Patrick et Isabelle Balkany, ainsi qu'au secrétaire départemental de l'UMP et responsable du scrutin, Philippe Pemezec. Ce dernier est accusé de ne pas avoir cessé "de violer son devoir de neutralité en appelant les uns et les autres pour leur dire que l'Elysée voulait qu'ils votent pour Jean Jacques Guillet".


Patrick Devedjian accuse aussi Philippe Pemezec de ne pas avoir respecté la confidentialité du vote, il "a fait installer une urne pour chacune des 13 circonscriptions UMP qui composent la fédération. Lors du dépouillement, il était facile de vérifier où la consigne de faire voter pour Guillet n'était pas respectée."

L'ancien ministre rajoute: "je ne doute pas que pour me faire battre à la présidence du Conseil général, ils utiliseront la même méthode qu'aujourd'hui."

 

 

Devedjian raconte sa défaite au Monde picto

(Par Marine Lathuillière)

 

nouveau media

Abonnez-vous !
|