Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Enquête rumeurs ? Bruni dément, Squarcini confirme

Par le - 07h40 - lu

A propos des rumeurs de mésentente au sein du couple présidentiel, invitée d'Europe 1, Carla Bruni-Sarkozy a démenti l'existence de toute enquête des services de renseignement. Mais le patron du renseignement français a assuré le contraire au Monde, et à Mediapart. Certains journaux, comme Libération, relèvent cette contradiction. Mais Le Figaro n'en dit pas un mot.

"Il n'y a aucune enquête de police, c'est inimaginable de dire une chose pareille" a déclaré Carla-Bruni-Sarkozy à Europe 1.

Bruni-Sarkozy a également assuré ne pas croire à un "complot".


"Ca n’a aucune, mais aucune importance pour nous (...) Il n’y a pas de complot, il n’y a pas de vengeance (...) quelle que soit l’amitié, l’affection, le respect que j’ai pour Pierre Charon et pour Thierry Herzog, ils ne sont ni moi, ni mon mari. Et là c’est moi qui vous parle. Et je vous parle au nom de mon mari" A propos de Rachida Dati : "Elle reste tout à fait notre amie"

Europe 1 mercredi 7 avril 2010 picto

 

Europe 1

Mercredi après midi, Bernard Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avait pourtant indiqué au site Mediapart que ses services avaient "mené des investigations techniques, notamment informatiques, afin d'essayer de déterminer d'où étaient parties ces rumeurs" sans effectuer d'écoute téléphonique. Squarcini a confirmé cette information à l'AFP : "Mon service a été saisi par mon autorité de tutelle, le directeur général de la police nationale Frédéric Péchenard, début mars" afin "d'effectuer une remontée informatique au plus près du point de départ dans le temps et, si possible, de la source" Après la plainte contre X déposée par Hachette Filipacchi, c'est la Brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information (BEFTI) qui travaille sur le dossier.

L'information fait la Une du Figaro jeudi 8 avril 2010 qui explique : "Cette fois, ce ne sont pas les conseillers du président de la République qui sont montés au front, mais l’épouse du chef de l’État en personne. Après une semaine de polémiques, Carla Bruni-Sarkozy s’est exprimée hier soir sur Europe 1 « au nom de (son) mari »" ajoutant "De façon posée mais explicite, Carla Bruni-Sarkozy a donc recadré ceux qui, dans l’entourage du président de la République, ont ciblé l’ex-garde des Sceaux ces derniers jours." Le Figaro n'évoque pas la contradiction sur la question de l'enquête, niée par Bruni, mais reconnue par Squarcini.

Figaro, Bruni Figaro, Bruni

 

Le Parisien/Aujourd'hui en France (gauche) et Libération traitent le sujet en pages intérieures.

"Objectif : éteindre le feu. Après des semaines de rumeurs et quelques jours de grandes manoeuvres, Carla Bruni-Sarkozy a sonné hier la fin de la partie" écrit Le Parisien (page 12) qui souligne le revirement de Claude Guéant secrétaire général de l'Elysée qui déclarait "Le président de la République ne veut plus voir Rachida Dati". Hier, il a tempéré : «La vérité d'hier n'est peut-être pas celle d'aujourd'hui». Décidément, c'était la journée cessez-le-feu" conclut le quotidien.

Libération se contente d'une relation factuelle en évoquant sobrement une "opération rétropédalage" mais souligne que Bruni a démenti l'existence d'une enquête : "«Aucune.» Et pourtant, la Direction centrale du renseignement intérieur – les anciens RG – reconnaît «avoir enquêté en mars sur l’origine des rumeurs» , par la voix même de son directeur Bernard Squarcini : «Mon service a été saisi par le directeur général de la police nationale Frédéric Pécchenard.» L’enquête aurait essentiellement consisté en «investigations techniques, notamment informatiques, afin de déterminer d’où étaient parties ces rumeurs» . Elle aurait cessé lors du dépôt d’une plainte par le JDD"

Le Parisien Liberation

Lire aussi la chronique de Daniel Schneidermann : textogate, la presse en rattrapage


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Textogate : du vaudeville au "complot"

CBS

Sarkozy évoque les "rumeurs" à la télé US

vu publié(e) le 13/04/2010 par Gilles Klein

A la fin de l'interview qu'il a accordé à la chaîne américaine CBS, Nicolas Sarkozy est interrogé par la célèbre présentatrice Kathie Couric sur les rumeurs concernant sa vie privée.Couric a rappelé à Sarkozy les remarques désagréables qu'il avait faites sur l'inexpérience d'Obama en ...

Aphatie

Dati : Le Monde et le JDD manipulés ? (Aphatie/blog)

on aurait aimé le dire publié(e) le 09/04/2010 par Gilles Klein

Jean-Michel Aphatie, sur son blog, s'interroge sur le contenu de deux articles à propos des rumeurs : l'un du Monde (Béatrice Jérôme) l'autre du Journal du Dimanche (Laurent Valdiguié) qui ont évoqué des éléments à charge contre Rachida Dati. "Le 3 avril, le journal Le Monde, dans un ...

L'étrange "source proche de l'Elysée" de l'AFP

ça reste à vérifier publié(e) le 08/04/2010 par la rédaction

Etrange source. Une dépêche AFP rapporte des propos d'une "source proche du chef de l'Etat", qui explique que "ni Carla Bruni ni Nicolas Sarkozy" n'ont voulu porter plainte suite aux rumeurs concernant le couple Sarkozy-Bruni... Une source anonyme qui pourrait bien être Sarkozy lui-même. "Ni ...

Tous les contenus de ce dossier >