Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"La vraie vie des journalistes" est bien rude

Par le - 16h25 - chapeau !

Comment ça travaille, un journaliste ? Mal, face aux délais serrés, aux contraintes du marketing et aux pressions politiques. C'est ce qu'illustrent trois petits films à la fois ludiques et désespérants.

Réalisées par Les Incorrigibles, un collectif de journalistes pigistes, de réalisateurs et de graphistes, ces créations présentent ce qui est censé être "la vraie vie" d'une journaliste pigiste, d'une chef de rubrique et d'un photographe de presse.

Et leur vie n'est apparemment pas simple ! Regardez plutôt.

Mention spéciale au dernier épisode, qui ironise sur une (très) légère retouche du Figaro...


Un brin caricaturaux, mais dégageant un parfum de vérité, ces films se concluent tous de la même manière : "Pour que cette scène redevienne une fiction, pour que les journalistes aient les moyens de produire une information indépendante et de qualité... www.leraj.info".

Ils renvoient en fait vers le site du tout récent "Rassemblement des associations de journalistes" (RAJ), créé en octobre pour répondre aux Etats généraux de la presse voulus par Nicolas Sarkozy.

Le RAJ est une "union informelle" qui rassemble des structures aussi diverses que l'Association des femmes journalistes, l'Association nationale des iconographes, Profession pigiste, l'Association des journalistes du jardin et de l'horticulture... Dans son communiqué fondateur, il affirmait "que la qualité de l'information proposée aux citoyens diminue avec la précarisation de nos métiers : peu de volonté pour mener des enquêtes dignes de ce nom ; peu de moyens pour produire une information originale ; peu de temps pour contrôler les sources" et se plaignait des "patrons de groupes médias", qui n'ont "rien fait pour y remédier".


Et pour vous souvenir pourquoi la plupart des journalistes regardent les Etats généraux de la presse avec méfiance, relisez notre dossier "Silence, Sarkozy sauve la presse !"...


Abonnez-vous !
|