Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le Figaro et le "trader fou"

Par le - 08h37 - lu

Près d'une page dans Le Figaro, à propos de l'enquête sur les 751 millions d'euros perdus par la Caisse d'Epargne. Le Figaro parle de "trader fou" sans indiquer qui (ses élèves ? ses collègues de travail ? les enquêteurs ? ou bien des journalistes ?) surnommerait ainsi le trader acusé d'avoir provoqué ces pertes.

"Salarié des Caisses d’épargne et enseignant, il promettait à ses étudiants qu’ils gagneraient « plein de pognon ». Il a fait perdre à l’établissement 751 millions d’euros." ainsi commence l'article signé par trois journalistes du Figaro.

"Picano-Nacci supporterait-il mal qu’on le surnomme, déjà, « le trader fou de la Caisse d’épargne ». Ou qu’on le compare, encore, à son « homologue » de la Société générale, Jérôme Kerviel. Mis à part leur métier, leur âge – le premier est né en 1975, le second en 1977 –, et les sommes colossales avec lesquelles ils sont soupçonnés d’avoir joué, ces deux financiers déchus ont peu de choses en commun." constate l'article.

"Les étudiants se souviennent de son ton « assez didactique et plutôt sympa » . Tout à fait assorti à ses airs de « M. Nobody » . Sidéré d’apprendre le placement en garde à vue de son enseignant, Thomas n’aura pas cours, aujourd’hui, dans l’amphi n° 10. Certes, Boris Picano-Nacci avait « le défaut d’aller parfois un peu vite » en écrivant au tableau, mais ses blagues faisaient toujours mouche. « Sur le ton de l’humour, il nous disait souvent : “Allez, allez ! Plus tard, vous gagnerez plein de pognon !” »

Trader
Le Figaro du vendredi 31 octobre 2008

A noter, étrangement, que dans la version en ligne de l'article, le nom du "trader fou" ne figure pas en toutes lettres.


Abonnez-vous !
|